Un site de la

Sinfonietta – Roméo et Juliette

© Annie Spratt - Unsplash
Le 20 février à 17h00, église Saint-François

Roméo et Juliette

  • Musique de Sergueï Prokofiev
  • Dirigé par Maxime Pitois

Un concert commenté et participatif pour tout public
D’une durée de 50’, en français

 

Suite 1   
2e mouvement – Scène
4e mouvement – Menuet
6e mouvement – Roméo et Juliette, scène du balcon


Suite 2   
1er mouvement – Les Montaigu et Capulet, Danse des Chevaliers
2e mouvement – Présentation de Juliette
3e mouvement – Frère Laurent
4e mouvement – Danse des 5 couples
7e mouvement – Mort des deux amants de Vérone

 

© Droits réservés
Romeo and Juliet, Carlo Carlei (2013) avec Hailee Steinfeld et Douglas Booth
Une rencontre musicale

Le concert propose de (re)découvrir Roméo et Juliette de Prokofiev, composé en 1935 et fondé sur la pièce éponyme de William Shakespeare. Il dévoile les secrets de la création de ce chef-d’oeuvre du répertoire et décortique malicieusement la partition et ses effets sonores. Le programme est construit autour des suites orchestrales composées en 1936 par Prokofiev lui-même. Plus qu’une histoire d’amour, ce classique de la littérature anglaise est l’histoire d’amour par définition. Dans Vérone aux rues souillées par la rancoeur entre les familles Montaigu (Roméo) et Capulet (Juliette), deux adolescents naïfs tentent, en vain, de s’aimer. Face au désaccord de leurs familles liées par un passé aussi sanglant qu'ancien, les deux êtres n’ont d’autre choix que d’entreprendre le pire. La présentation musicale permet de découvrir comment chaque instrument de l’orchestre trouve sa place dans ce drame et le dépeint. Sans le support du texte, la musique raconte une histoire. Ce Roméo et Juliette est un véritable théâtre symphonique, un théâtre puissant, car sans paroles.

Les suites symphoniques

En 1936, alors que son contrat avec le Théâtre du Bolchoï de Moscou est rompu, Prokofiev retravaille la partition de son ballet Roméo et Juliette pour en tirer deux suites pour orchestre symphonique en sept mouvements, opus 64 bis et ter, ainsi qu’une transcription pour piano; il souhaite ainsi que sa musique soit jouée au concert, à défaut de l’être comme musique de ballet. En 1944, il compose une troisième suite, opus
101. Les suites symphoniques reprennent des numéros distincts du ballet original, dans un ordre recomposé, ou condensent plusieurs scènes. En concert, le chef d’orchestre est libre de sélectionner des numéros parmi ces passages choisis ou d’en extraire de nouveaux. Les suites symphoniques de Prokofiev sont de véritables suites à programme. La première regroupe

© Maëlan Lienardy
Maxime Pitois, Directeur artistique

Maxime Pitois est lauréat du 7e Concours Européen de Direction d’Orchestre d’Ostende en 2017 et distingué en 2016 par l’Honorable Mention Award au Concours International Georges Enesco de Bucarest.
Il a été demi-finaliste au concours Nestlé and Salzburg Festival Young Conductors Award 2016 et finaliste au 55e concours international de Besançon 2017 et à la Lanyi Conducting Competition en 2021. Il a étudié la direction d’orchestre auprès de Jean-Sébastien Béreau, Hélène Bouchez, Aurélien Azan Zielinski, Wiliam Blank et Hervé Klopfenstein, avant de se perfectionner auprès de Simon Halsey, Neeme Järvi, Leonid Grin, Gennady Rozhdestvensky et David Reiland. Titulaire d’un Master de direction d’orchestre à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU) et d’un CAS en didactique de l’enseignement de la direction d’orchestre, maxime Pitois est professeur de direction pour la filière Bachelor à l’HEMU depuis 2017.

Soucieux de transmettre à la jeune génération, il est également chef titulaire des ensembles symphoniques du Conservatoire de Lausanne depuis 2013. Il met à profit ses qualités de pédagogue dans le cadre de concerts illustrés et commentés qu’il conçoit et dirige. Ses présentations scolaires de Carmen de Bizet en 2020 ou encore Roméo et Juliette de Prokofiev en 2021 à Lausanne ont été très appréciées. Animé par la création de spectacles réunissant différents univers artistiques, il entretient une affinité particulière avec l’opéra, la danse et le ciné-concert. Il dirige notamment le ballet Coppélia de Delibes au Théâtre de Beaulieu à Lausanne, Charlot Soldat au Montreux Jazz Festival ou La Ruée vers l’Or avec l’Orchestre de l’HEMU.

Reconnu pour son talent de passeur, il prend plaisir à réinventer la forme traditionnelle du concert en croisant les arts et les esthétiques. Comme arrangeur et orchestrateur, il crée des projets pour diverses formations, dont Symphoniquement Gaëtan avec le chanteur pour enfants Gaëtan, Brel en Symphonie avec le baryton Christophe Lacassagne, ou plus récemment Le Petit Prince pour narrateur/comédien et orchestre. Directeur Musical de l’Orchestre Symphonique Universitaire de Dijon de 2010 à 2015, puis de l’Orchestre Symphonique de Ribaupierre (Vevey), il encadre avec passion et bienveillance des stages d’orchestre. Comme chef invité, il collabore avec l’Orchestre de l’HEMU, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, ainsi qu’avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne et le Sinfonietta de Lausanne.

© Sébastien Agnetti
Le Sinfonietta

Le Sinfonietta de Lausanne se distingue par son projet artistique et pédagogique audacieux, un répertoire original et une approche décontractée de la représentation classique. Sa direction musicale est confiée à David Reiland depuis 2017. Orchestre professionnel de formation, il offre un premier poste à de jeunes diplômé·e·s et accueille des étudiant·e·s de l’HEMU qu’il accompagne dans leur cursus. Tremplin de carrière prisé, il a permis à près de 1600 musicien·ne·s d’y tisser un réseau.

Le Sinfonietta donne une quarantaine de concerts par saison, dont une série à l’abonnement, et collabore avec des choeurs, festivals et institutions de la région, tels l’HEMU, l’Opéra de Lausanne, l’Ensemble Vocal de Lausanne ou le Montreux Jazz Festival. Dans une volonté d’intégration sociale, il va à la rencontre de personnes en situation de handicap ou de publics empêchés et mène des actions de sensibilisation scolaire, touchant plus de 1000 élèves par an.

www.sinfonietta.ch

Coordonnées

Association pour le 750e anniversaire de l’église St-François

Place Chauderon 9
Case postale 5032
1003 Lausanne  

+41 21 315 62 15
Ecrivez-nous