Énergies

Objectif zéro émissions de CO2

D’ici 2050, 80% des 9000 bâtiments lausannois seront chauffés par un chauffage à distance 100% renouvelable, du gaz bas carbone ou des pompes à chaleur. Interview de Francesco Barone, gestionnaire des actifs thermiques aux Services industriels de Lausanne (SiL).

© DR

Norbert Vermot.

Ce changement colossal a demandé plus d’une année d’études aux SiL pour élaborer une stratégie qui tienne compte du financement, des infrastructures et des solutions technologiques actuelles et futures. Ce plan est aussi celui qui réduit le plus les nuisances.

De quoi avez-vous dû tenir compte pour élaborer cette stratégie de «décarbonisation»?
Francesco Barone: Chaque ville est différente et doit inventer ses propres solutions. A Lausanne, la pente est un impératif qui influence fortement le développement du chauffage à distance, en raison de l’augmentation de la pression au fur et à mesure qu’on monte. Nous avons dû tenir compte de l’état des bâtiments, de celui des réseaux souterrains (gaz et chauffage à distance) et des installations de production (Tridel, STEP, Pierre-de-Plan et diverses chaufferies). Le plan prend aussi en compte la hausse du nombre d’habitants d’ici 2050. Cette évolution coûtera environ 1,1 milliard de francs sur 30 ans pour développer une production renouvelable et étendre le réseau. Les conséquences sur les tarifs sont raisonnables, car inférieures à la hausse du prix des combustibles fossiles prévue durant la même période du fait de la taxe CO2.

Quel est votre objectif?
Réduire de 96% les émissions de CO2 directes d’ici 2050, et déjà de 50% d’ici 2030. Actuellement, la chaleur consommée à Lausanne provient à 25% par le réseau de chauffage à distance, à 40% par le réseau de gaz naturel et à environ 35% par du mazout. D’ici 2050, le chauffage à distance reliera 75 à 80% des ménages. Dès 2035, il sera alimenté par une énergie à 100% renouvelable et de récupération.

Comment allez-vous faire?
Nous utiliserons toutes les ressources disponibles localement. L’eau du lac et les eaux usées de la STEP seront valorisées par des pompes à chaleur alimentées par une électricité 100% renouvelable. Le bois des forêts lausannoises et vaudoises sera exploité dans des chaufferies à plaquettes ou par gazéification (un projet de centrale est en cours à Epalinges). Nous allons aussi développer de la géothermie de moyenne profondeur en commençant par des forages dans l’Ouest lausannois. Nous développerons également le solaire thermique et abaisserons la température du réseau pour diminuer les pertes.

Qu’allez-vous faire du réseau de gaz?
Nous allons le maintenir car il est important pour garantir la sécurité et couvrir les pointes de consommation en hiver. Il est aussi utile aux industries et dans certains quartiers peu construits. Mais, nous allons le redimensionner et utiliser du biogaz. A partir de 2040, nous espérons introduire des gaz à bas carbone, tels que l’hydrogène ou le méthane de synthèse, produits à partir d’électricité renouvelable.

© Droits réservés

FA