Politique

Des crèches aux JOJ

Quand Oscar Tosato arrive à la Municipalité en 2002, c’est pour prendre la Direction de l’enfance, de la jeunesse et de l’éducation. D’emblée, il a une question: «Comment faire pour augmenter les places en crèche?»

Cinquante ou 500 places supplémentaires? Convaincu que l’on peut faire changer les choses quand on est à la Municipalité, il parie sur 500 pour sa première législature. Pour y arriver, il prend son bâton de pèlerin et convainc les personnes récalcitrantes. Comment? En montrant, par exemple, l’apport économique de l’évolution de la politique d’accueil ou son lien avec l’égalité homme-femme.

Tout devait changer. Le nombre de places, mais aussi les objectifs pédagogiques, les lieux, le personnel… Bref, un énorme chantier qui sera couronné notamment par la Loi cantonale sur l’accueil de jour.

Un combat pour les sans-papier

Des combats, il en a mené plus d’un. Le plus dur restera probablement celui de l’engagement des jeunes sans-papier pour des apprentissages à la Ville et son arrivée sous la huée de manifestants au Conseil communal, qui demandaient sa démission. Ce difficile souvenir ne le rend que plus fier de son issue positive.

Le local d’injections a aussi été une victoire marquante; il se souvient encore d’avoir lancé au Conseil communal: «Si ce local d’injections ne doit sauver ne serait-ce qu’une seule vie, il doit exister.» Et aujourd’hui, il existe.

Dans un autre domaine, directeur des Sports et de la cohésion sociale depuis 2016, il vous parle de l’importance du sport à Lausanne. C’est un vecteur d’émotions fortes grâce à des événements comme les Jeux internationaux des écoliers ou les Jeux Olympiques de la jeunesse Lausanne 2020 (JOJ), en passant par des tournois de quartier. «Lausanne est unique grâce au sport et j’ai eu la chance de le vivre.»

Protéger les démunis

Un souvenir cher à son cœur? Son expérience en tant que guet de la cathédrale. L’impression de prendre soin de la population, de veiller sur elle, en scandant l’heure à chaque point cardinal du beffroi.

Après 19 ans de Municipalité, Oscar Tosato croit plus que jamais en ce collège qui permet de partager des choix, des buts et des avis avec d’autres personnes élues afin d’améliorer la vie de la population lausannoise.

Aujourd’hui, quand il regarde vers l’avant, il a un souhait principal: que sa ville ait toujours l’ambition et les moyens de protéger les plus démunis.

ANB