Portrait

Géomaticienne, mais c’est quoi?  

Dans le cadre de l’exposition Lausanne sur mesure réalisée par le Service du cadastre, Antonella Iannuzzi, géomaticienne, explique son métier et invite les jeunes à découvrir cet univers polyvalent encore souvent méconnu.

C’est depuis 1999 qu’Antonella Iannuzzi travaille à la Ville de Lausanne en tant que géomaticienne. Ce métier est tellement peu connu que même sa famille a parfois de la peine à se représenter en quoi consiste sa profession. «C’est vrai que c’est un métier difficile à décrire, d’où la confusion de mon entourage! Sur le terrain, on nous demande souvent si nos outils sont des appareils photos ou si on fait des contrôles de vitesse», rigole-t-elle.

Mais, de quoi s’agit-il? Une des missions des géomètres est l’acquisition, le traitement et la mise à jour des données inscrites au registre foncier. «En tant que géomaticienne, je m’occupe de la mise à jour de la base de données de l’administration. Celle-ci contient les éléments de la mensuration officielle tels que les limites de propriété, les bâtiments, les adresses, les noms de rues, la couverture du sol ainsi que tous les objets marquants que comporte notre territoire». Mais son travail ne s’arrête pas là. Elle est aussi responsable de la synchronisation entre la base cadastrale communale et cantonale, de l’intégration dans la base de données des nouveaux projets de construction et adresses de bâtiments, ainsi que de la mise à jour de données géographiques de la commune.

Une expo découverte

Ces tâches sont essentielles au bon développement et au fonctionnement d’une ville et mêlent souvent travail sur le terrain et compétences informatiques. «Même si je suis moins dehors de par l’évolution de mon rôle, cet équilibre entre terrain et bureau était l’une des raisons pour lesquelles j’avais choisi ce métier», confie-t-elle.

Aujourd’hui, le Service réalise une exposition qui a pour objectif de permettre aux Lausannoises et Lausannois, ainsi qu’aux jeunes en recherche de formation, de découvrir les contours du cadastre et les métiers qui s’y rapportent de manière ludique et didactique.

«Même s’il y a encore une sous-représentation de femmes dans la profession, nous y trouvons bien notre place grâce à sa diversité. J’encourage donc les jeunes à venir visiter l’exposition et découvrir l’univers du cadastre. Cette exposition est importante car elle va permettre à toutes et tous de découvrir ce monde professionnel, des mesures sur le terrain au traitement des données informatiques, à la création de plans. Nous allons également pouvoir expliquer à la population quel rôle le Service joue dans l’élaboration et le suivi de projets», se réjouit la géomaticienne.

AI