Sport

Lausanne et ses infrastructures, entre choix et nécessité

La Ville investit aujourd’hui près de 300 millions de francs dans ses infrastructures sportives. Retour en arrière historique à l’occasion d’une conférence avec deux experts.

© Sportmuseum Schweiz
Le stade de la Pontaise en 1954.

Aller voir un match dans un stade, assister à une compétition internationale d’athlétisme ou à un championnat régional de natation, semble évident lorsque l’on habite au sein d’une ville comme Lausanne.

Si la ville dispose déjà de nombreuses infrastructures, elle connaît aujourd’hui une période exceptionnelle dans ce domaine avec divers projets d’envergure: centre de glace et d’eau à la Vaudoise aréna, Centre sportif et stade à la Tuilière ou encore aménagements en lien avec le futur écoquartier des Plaines-du-Loup.

Mais de l’idée à sa réalisation, le chemin est long et il est souvent semé d’embûches, qu’elles soient administratives, sociales voire même sportives. Se lancer dans la construction de telles infrastructures est-il un choix ou une nécessité?

A l’heure d’accueillir les Jeux Olympiques de la Jeunesse, ces questions trouvent à Lausanne des échos dans son histoire sportive, notamment autour de ses candidatures pour l’organisation de Jeux olympiques.

Grégory Quin et Philippe Vonnard, de l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, retracent un historique des principales constructions sportives depuis les années 1920 en les replaçant dans leur contexte et en montrant les enjeux architecturaux, politiques et sociaux de ces projets.

Jeudi 21 novembre 2019, 18h00, entrée libre, tout public.

Archives de la Ville de Lausanne
Maupas 47

Y. Rod