Jeunesse

Quels droits pour les enfants lausannois?

La Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée par l’ONU le 30 novembre 1989. Rencontre avec Florence Godoy, déléguée à l’enfance, qui nous explique les enjeux de l’application des droits de l’enfant à Lausanne.

Le 20 novembre prochain, pour marquer les 30 ans de la signature de la Convention, la Ville de Lausanne organisera un événement au Musée historique Lausanne. Les enfants raconteront leurs préoccupations, leurs engagements, leurs envies et leurs rêves en direct sur radio.django.fm de 13h à 17h.

Quel impact la signature de cette Convention a-t-elle eu sur la Ville de Lausanne?

Florence Godoy: C’est une vaste question! Mais Lausanne a reçu en 2012 et à nouveau en 2018 le label «Commune amie des enfants», décerné par l’UNICEF et lié à l’application de cette convention. Le principal apport de cette distinction, c’est d’encourager à une meilleure prise en compte des enfants et des jeunes dans tous les domaines et par tous les services.

Quels projets phares sont nés sous votre impulsion en tant que déléguée à l’enfance?

Je pense à Pousses Urbaines, démarche qui a vu le jour en 2007, et qui a pour but de rendre visible le point de vue des enfants citadins sur les différentes facettes de leur vie. Dix éditions se sont succédées depuis avec pour base des ateliers participatifs réunissant des enfants de tous horizons. Cela débouche ensuite sur une mise en valeur originale: une visite guidée des lieux de culture, une exposition sur un projet urbanistique, un courtmétrage sur jouer en ville, etc. C’est à chaque fois très instructif et stimulant.

Il y a aussi les Conseils des enfants, qui s’adressent aux 6-12 ans. Ils ont lieu actuellement dans six quartiers de Lausanne à raison d’environ une fois par mois. Ces moments sont co-animés par une coordinatrice ou un coordinateur de la Ville, et une animatrice ou un animateur du quartier. Les enfants intéressés y amènent leurs préoccupations et leurs envies. De là naissent des projets: organiser un tournoi multijeux, monter une pièce de théâtre qui raconte l’histoire du quartier, participer au réaménagement d’une place de jeux, etc. A noter que le chemin pour arriver à une réalisation concrète est aussi important que l’aboutissement.

Des Conseils des enfants avaient déjà été initiés sous la première déléguée à l’enfance, Monique Skrivan. Mais depuis quelques années, ils ont pris de l’ampleur et de la profondeur.

Comment voyez-vous la place de l’enfant au sein de la ville dans le futur?

Toujours davantage comme des habitant·e·s à part entière! Je crois qu’il est essentiel de prendre les enfants au sérieux, de les associer pleinement. Des groupes minoritaires ou minorisés comme le sont encore les enfants, nous avons beaucoup à apprendre, notamment pour mieux vivre ensemble en ville.

Propos recueillis par W. Korewa

Grandir à Lausanne – La parole aux enfants
Les enfants dessinent l’avenir