JOJ Lausanne 2020

Bénévole, une expérience intense

Être bénévole aux Jeux Olympiques de la Jeunesse ou au sein de tout autre événement sportif n’a jamais été un rêve ou un but en soi. Mais l’expérience est si riche en rencontres et en émotions que je ne changerais en rien ce que je vis depuis le 4 janvier.

Bien que modérément sportive, offrir un peu de mon temps et de mes compétences pour un événement international ayant lieu dans ma ville, que j’aime tant, fut assez vite une évidence. Avec une envie bien précise: travailler au MMC (Main Media Centre/Centre des médias) afin de pouvoir vivre ces Jeux au coeur du son et de l’image.

Montée de stress

Après deux mois d’attente, j’ai appris en novembre dernier mon engagement. Quelle joie, avec néanmoins une petite montée de stress… Serais-je à la hauteur? Je me suis rassurée en me disant que connaitre très bien Lausanne et parler l’anglais seraient probablement des atouts. Et c’est le cas! Je ne compte plus les fois où l’on m’appelle pour venir traduire une demande ou indiquer quel transport public convient pour se rendre dans tel lieu.

Mon bénévolat a débuté le 4 janvier et se termine le 22, jour de la cérémonie de clôture. Les locaux se situent au Flon, à quelques pas de la place des médailles, lieu où je travaille également certains soirs, lors de leurs remises aux vainqueurs. Nous sommes là une quinzaine de bénévoles, provenant des quatre coins de la planète (Canada, Chine, Hollande, Italie, Russie, etc.). Entendre tant de langues différentes sous un même toit, travailler dans un esprit d’équipe pour la réussite de ces Jeux et afin que les athlètes et spectateurs y prennent plaisir, me procure une joie immense.

Motivés et heureux d’être là

Bien évidemment, tout n’est pas toujours rose (hormis nos uniformes…).

Notre emploi est conséquent, que ce soit en termes d’horaires mais également de stress (gérer dans l’urgence les demandes des journalistes, leurs problèmes, questions, mécontentements, etc.). C’est le côté sportif de l’exercice, mon petit sport hivernal. Mais voir tous ces bénévoles (nous sommes plus de 3000) si motivés et heureux d’être là, observer toute cette animation et cette ferveur dans les rues lausannoises et sur les lieux de compétition fait vraiment chaud au coeur.

Car n’oublions pas que sans nous, les bénévoles, les JOJ ne pourraient tout simplement pas avoir lieu!

Laure Richard