Administration

Plus de 50’000 mutations par an

Dominique Monod, chef du contrôle des habitants à Lausanne, a été nommé vice-président de l’Association suisse des services des habitants  (ASSH). L’occasion d’évoquer les particularités de cette activité.

Que représente cette nomination? Quel «plus» pour Lausanne?
© ASSH
Dominique Monod

Dominique Monod: L’ASSH regroupe 889 membres, essentiellement des responsables des services des habitants (contrôles des habitants, offices de population, etc.). Le vice-président – francophone – est appelé à servir de courroie de transmission entre les membres francophones de l’association et le comité exécutif. Et il appelé à remplacer la présidente en cas d’absence. La participation au comité exécutif permet de disposer d’informations de première main, notamment en raison des nombreux contacts que nous entretenons avec les responsables de l’administration fédérale.

Le contrôle des habitants, à Lausanne, a-t-il des particularités par rapport à d’autres services identiques?

Nous avons pour mission de localiser la population résidente, de tenir à jour le registre des habitants et de fournir aux administrations publiques suisses les informations dont elles ont besoin. Pour la population, c’est l’assurance d’être recensé dans les divers registres officiels existants, comme le registre fiscal et le registre civique, par exemple. Le service du contrôle des habitants délivre également des attestations de résidence.

Quant à une particularité, je citerai simplement le volume des opérations effectuées qui nous contraint de mettre en oeuvre des processus «industrialisés» au détriment d’un service plus artisanal. Mais tout le monde comprendra que traiter plus de 111’000 entretiens par année demande une efficacité reposant sur une standardisation des processus sans pour autant péjorer la qualité des prestations.

Pour quelles demandes êtes-vous le plus sollicité?

Une catégorie de prestations constitue le fondement de notre métier, à savoir les mutations relatives à la localisation de la population. Si nous nous focalisons parfois sur les variations du nombre d’habitants, par exemple 544 habitants supplémentaires à Lausanne à fin 2019, ce sont plus de 20’316 arrivées et naissances et 19’772 départs et décès, soit, au total, 40’088 mutations qu’il a fallu traiter… auxquelles nous pouvons ajouter plus de 13’000 changements d’adresse à l’intérieur de la commune.

A. Hagenlocher