Energies

De l’électricité à tout prix...

Malgré le semi-confinement et la diminution des équipes, les installations techniques dictent leur loi et n’attendent pas la fin de la pandémie pour vivre leur propre destin. Il faut donc sans cesse intervenir sur les réseaux – gaz, électricité, chauffage à distance, multimédia – pour assurer la fourniture d’énergie et des signaux multimédia. Reportage.

Les collaborateurs du Service réseaux Ameh Dogbe, Aldin Sejmenovic, Alain Morier et Mathieu Dubi, aidés de Giovanni Pipolo pour le camion-grue (Service achats et logistique), ont remplacé au pied levé un «petit» transformateur électrique (1300 kg) défaillant.

Mercredi 15 avril, une équipe des Services industriels de Lausanne a dû intervenir au pied levé dans le quartier de l’Hôpital de l’Enfance pour remplacer un transformateur électrique moyenne / basse tension (11'000/400-230 Volts).

«Ce genre de panne ne pouvait attendre car le deuxième transformateur sain, en parallèle, ne pouvait à lui seul reprendre toute la charge», explique Mathieu Dubi, chef de l’unité dépannage électricité au Service réseaux. «Actuellement, pour protéger nos collaborateurs, nous avons dû diminuer le nombre de nos monteurs intervenants. Nous n’assumons maintenant que les réparations suite aux avaries ainsi que les interventions urgentes pour assurer la sécurité d’approvisionnement.»

Une tonne dans les airs

Quatre collaborateurs des Services industriels de Lausanne et un conducteur de camion-grue spécialisé se sont donc rendus sur place équipés conformément aux recommandations de l’OFSP, en plus de leurs habituelles tenues professionnelles (casques, gants, chaussures, etc.). Il s’agissait de sortir le transformateur du local – un petit appareil de 1300 kg tout de même! – et de le remplacer par un modèle plus récent à rebrancher sur le réseau. L’affaire de quelques heures. A Lausanne, on compte quelque 700 postes de transformation de ce type.

Pour rappel, l’électricité est transportée à travers le pays via un réseau très haute tension (jusqu’à 400'000 Volts). A l’entrée des agglomérations, la tension est abaissée progressivement (haute/moyenne/basse tension) pour être finalement distribuée à 400-230 Volts. Et pour que tout cela fonctionne sans accroc, les électriciens interviennent jour et nuit, 365 jours par an.

F. Augsburger

Relevé des compteurs