Culture

«Un bonheur de partager autour des livres»

Après de vives délibérations, le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne a été attribué à Fabienne Bogádi pour Les Immortelles. Une expérience que les membres du jury jugent très enrichissante.

Quand on écrit, «la reconnaissance est un besoin fondamental», commente la Genevoise Fabienne Bogádi, née en Valais. «Que le prix soit attribué par des personnes qui vous ont lue est un immense honneur et une immense joie. Je n’ai censé de penser à elles en écrivant.»

Et pour les six lectrices et lecteurs du jury? Toutes et tous relèvent que c’est l’occasion de découvrir des auteures et auteurs suisses, et surtout d’échanger autour de ses lectures. «Il m’arrive de le faire avec mon entourage, mais là c’était vraiment poussé et enrichissant», note Mélanie Blanc, 43 ans, éducatrice dans un APEMS lausannois. Les six membres du jury ont été sélectionnés l’an dernier parmi plus de 70 candidatures.

Réactions contrastées

Les membres du jury ont lu six livres, ont pu rencontrer les auteur·e·s et se sont réunis le samedi 6 juin pour délibérer sous la conduite de Romaine Jean, présidente cette année. Selon les témoignages, la séance a commencé doucement, en écartant les ouvrages moins prisés. Puis le débat s’est animé autour du roman de Fabienne Bogádi. Celui-ci a suscité des réactions qu’Alain Wolff, 45 ans, architecte, qualifie de «vives et contrastées». Parce que c’est un livre «fort, bouleversant, clivant», estime Françoise Jaques, 63 ans, retraitée.

Les Immortelles, c’est l’histoire d’une femme sous l’emprise d’hommes violents, qui trouve refuge et soutien auprès des fleurs. Un roman rude, intense, «un roman d’amour en creux», dit Fabienne Bogádi. Parce que l’héroïne ne résiste pas à la violence subie, deux membres du jury l’ont trouvé dangereux. D’autres ont pris à cœur de le défendre. «C’était mon coup de cœur, dit Françoise Jaques. Je l’ai trouvé extraordinaire, poétique, envoûtant. Deux autres livres m’ont beaucoup plu, mais il fallait en choisir un.»

Un choix affectif

La qualité de l’écriture a été unanimement saluée. «L’histoire est insoutenable, mais racontée avec beaucoup de délicatesse», avance Mélanie Blanc. Fallait-il préférer un livre faisant consensus? Finalement, le choix affectif de la majorité l’a emporté. Ce qui n’a pas empêché le jury de trinquer après le verdict.

Le soir-même, Fabienne Bogádi recevait un message lui annonçant son prix; elle confesse avoir eu du mal à y croire, même si elle se dit «très en paix avec mon texte. J’ai été le plus loin que je pouvais, avec beaucoup d’émotion et de joie».

Les Immortelles, Fabienne Bogádi, éditions de l’Âge d’homme

www.lausanne.ch/prixdeslecteurs

AM