Culture

Comment la Ville soutient les artistes

Environ 10'000 personnes sont actives dans le milieu culturel à Lausanne. Beaucoup sont sévèrement affectées dans leurs activités par les mesures contre la pandémie. Parmi les mesures d’aide de la Ville figurent des spectacles dans les structures périscolaires et socioculturelles, ainsi qu’une exposition sur les panneaux d’affichage de la Ville.

© Lundi 13 – Guillaume Perret
Michael Kinzer

Ce jeudi 25 mars, 45 artistes sont à pied d’œuvre en ville pour réaliser leur œuvre sur un panneau d’affichage de Lausanne, dans le cadre de l’exposition I LOVE #ArtisteDici. L’appel à projets, annoncé le 8 mars, a suscité un élan de 135 propositions qui témoigne du besoin d’action chez les plasticiennes et plasticiens, en raison notamment des nombreuses expositions annulées. Les œuvres sont exposées jusqu’au 7 avril.

Le 15 février, également dans le cadre de son plan de relance pour le secteur de la culture, la Ville a lancé un appel à projets intitulé «Découvertes culturelles». Celui-ci permettra à des artistes de métier de présenter leurs spectacles dans des structures telles les APEMS (Accueil pour enfants en milieu scolaire) ou les maisons de quartier, entre mai et décembre 2021. Là aussi, de nombreux dossiers dans le domaine des arts vivants ont été déposés au Service de la culture.

Pour rappel, les artistes peuvent bénéficier du chômage partiel, d’allocations pour pertes de gain, ainsi que d’aides fédérales et cantonales (environ 57 millions de francs dans le canton de Vaud au total pour les milieux culturels jusqu’en 2021). La Ville a apporté un complément de 2,5 millions dans un plan de relance adopté en août dernier, qui met l’accent notamment sur le soutien au secteur du livre, à l’industrie culturelle et aux artistes directement.

Lausanne fait par ailleurs partie des 29 villes suisses qui ont lancé le 11 mars un appel «en faveur d'une reprise durable de l'activité culturelle». Pour Michael Kinzer, chef du Service de la culture à Lausanne, c’est «une symbolique très forte», les revendications qui y sont formulées rejoignant largement les préoccupations de la scène culturelle. Entretien.

Quels échos avez-vous du monde culturel lausannois?

Michael Kinzer: Il a été abruptement mis à l’arrêt depuis une année. Au niveau financier, la situation est alarmante notamment pour les actrices et acteurs culturels indépendants, pour les compagnies, ainsi que pour les structures et prestataires qui œuvrent dans le secteur événementiel, comme par exemple les festivals. Les institutions sont un peu mieux protégées, leurs subventions publiques ayant été maintenues.

Il faut considérer aussi l’effet de cette crise sur l’équilibre mental. Le monde culturel a besoin d’envies, d’espoir et du lien avec le public. Les perspectives de réouverture des scènes ou des salles restent très floues. Nous sommes fréquemment sollicités par des personnes qui sont dans un stress psychique important.

Quels buts visent vos appels à projets?

Ils visent à la fois à soutenir financièrement des artistes, à leur donner du travail, à faire mieux connaître la richesse créative de notre région et à offrir gratuitement des propositions artistiques de qualité à la population. Chacun des spectacles retenus dans les «Découvertes culturelles» permettra également de renforcer nos démarches en matière d’accès à la culture, notamment pour les plus jeunes. Pour les artistes visuelles et visuels, I LOVE #ArtisteDici pallie l’annulation d’un grand nombre d’expositions en leur offrant un affichage au cœur de la ville. Nous avons aussi un projet de soutien aux groupes lausannois, en finançant des concerts gratuits dans les clubs, que nous activerons dès que la situation sanitaire le permettra.

AM