Familles

Les familles arc-en-ciel: favoriser un accueil inclusif

Quels sont les besoins des familles au sein desquelles un parent au moins s’identifie comme lesbienne, gay, bisexuel ou trans*? Entretien avec Claire Attinger, responsable du Bureau lausannois pour les familles (BLF) et Catherine Fussinger, coprésidente de l’Association Familles arc-en-ciel.

© Ville de Lausanne
Claire Attinger (à gauche) et Catherine Fussinger.

Comment les choses se passent-elles aujourd’hui pour les familles arc-en-ciel en Suisse?

Catherine Fussinger: Depuis début 2018, un enfant peut avoir deux parents légaux de même sexe dans notre pays. Les familles composées de deux pères ou de deux mères et de leur/s enfant/s bénéficient ainsi d’une protection juridique; celle-ci ne devient toutefois effective qu’à l’issue d’une procédure d’adoption intrafamiliale à la fois longue et coûteuse et les enfants ne sont pas protégés les deux-trois premières années de leur vie.

Le projet de loi «Mariage civil pour toutes et tous» – sur lequel la population se prononcera cet automne – apportera à cet égard, s’il est accepté, des améliorations substantielles. Par ailleurs, au niveau de la société, les familles arc-en-ciel ont incontestablement gagné en visibilité et en reconnaissance, mais cela n’empêche pas qu’elles se heurtent aujourd’hui encore à beaucoup d’ignorance, voire de préjugés.

Pourquoi le BLF s’est-il penché sur le sujet des familles plurielles?

Claire Attinger: Le mois de mai honore la famille au travers de trois journées internationales traitant de l’égalité, de l’inclusion et de la lutte contre l’homophobie et la transphobie. Dans une volonté de représenter et de célébrer la diversité des familles, le Bureau lausannois pour les familles a rassemblé ces trois thèmes avec notamment la publication d’un conte en format vidéo.

Engagée dans une politique transversale visant à lutter contre les discriminations des personnes LGBTIQ+, le BLF poursuit les engagements pris par la Municipalité à l’égard des minorités en donnant la parole à l’association Familles arc-en-ciel. Par ailleurs, la Bibliothèque jeunesse propose une exposition avec une bibliographie étendue en faveur de la diversité des familles durant tout le mois de mai 2021.

Quelles mesures concrètes ont été prises à ce jour par le BLF?

Les formulaires inclusifs d’inscription au BIP; l’accueil de l’association Familles arc-en-ciel parmi les partenaires du BLF, ce qui permet la diffusion de certaines informations ; la mise à disposition d’un lieu adapté à des enfants d’âges différents lors des  rencontres de l’association quatre fois par an ; une campagne de sensibilisation sur la diversité des familles et partenariat avec la Bibliothèque jeunesse, diffusion d’une capsule vidéo avec le conte de Suzanne sur le site du BLF.

Comment le quotidien des familles arc-en-ciel pourrait-il être amélioré à Lausanne, selon vous?

CF: Aux guichets communaux comme dans les garderies, sur les places de jeux comme dans les bibliothèques, les familles arc-en-ciel – dans toute leur diversité – ont besoin d’être accueillies telles qu’elles sont sans avoir à rectifier de manière récurrente des formulations inadéquates ou expliquer leur réalité. Cela passe par une sensibilisation du personnel en contact avec les familles, et une communication inclusive tant au niveau de la langue, que des visuels ou du matériel mis à disposition.

Propos recueillis par SM