Administration

«La mixité apporte une plus-value»

Barbara de Kerchove, 51 ans, est la cheffe du Service des écoles depuis 2018. Toute sa vie, elle s’est engagée au service d’une éducation de qualité, accessible à toutes et tous. Elle a toujours senti qu’elle serait plus utile dans la mise en place des conditions-cadre que dans l’enseignement.

© Laurent Kaczor - Ville de Lausanne

L’éducation c’est une affaire cantonale. A la Ville, le Service des écoles et du parascolaire s’occupe surtout des bâtiments et des prestations d’accueil des élèves. Pour Barbara de Kerchove, c’est servir la cause de la façon la plus humble. «On oublierait presque combien mettre à disposition des infrastructures permet qu’un enseignement de qualité soit donné.»

Son job la passionne, elle «s’éclate» et ça se sent. Il y a de gros enjeux, notamment une centaine de bâtiments à gérer, dont une grande partie à rénover dans la perspective du plan climat de la Ville. Elle aime aussi «pouvoir proposer une stratégie de développement du parascolaire, qui a une importance sociale énorme en termes d’égalité des chances» ainsi que pour les parents qui souhaitent concilier leur vie familiale avec une carrière professionnelle. Mais son rôle, dit-elle, c’est surtout de faire des liens: entre la Ville et le Canton, l’école et le parascolaire, la construction et la pédagogie, le monde politique et les familles.

Dans le travail, elle dit ne pas remarquer de différences entre femmes et hommes. «Ecouter, prendre l’autre en compte, se mettre au service, est-ce féminin?» Ce qu’elle souhaite promouvoir, c’est la mixité. Qu’il y ait davantage de femmes à des postes-clés dans les écoles, les conciergeries, ou d’hommes dans les classes et les APEMS (Accueil pour enfants en milieu scolaire). «La richesse est dans la complémentarité. Je crois que la mixité des équipes apporte une plus-value dans la dynamique et la recherche de solutions.»

D’origine belge, adepte de marche et de nature, Barbara de Kerchove a fait des études d’économie «par besoin de comprendre ce qui gouverne le monde». Elle a vécu sept ans en Amérique latine, puis est arrivée en Suisse où, avant d’être engagée par la Ville, elle était consultante en matière de politique familiale et d’accueil parascolaire. Pendant dix ans, elle a présidé l’association des parents d’élèves du canton de Vaud.

AM