Santé

«Lève le nez de ton écran et regarde où tu vas!»

Du 27 septembre au 2 juillet 2022, la Ville lance «- d’écran, + de…», une nouvelle campagne de sensibilisation aux écrans, en partenariat avec Action Innocence. Interview de Bleta et Héloïse, membres du Conseil des Jeunes, qui ont participé à sa mise en place.

© Droits réservés

Pourquoi avoir souhaité vous impliquer dans cette campagne?

Héloïse: Je venais de rejoindre le Conseil des jeunes, on nous a présenté le projet et ça m'a poussée à m’impliquer, car le sujet me parle. En plus, je trouve cool que la campagne soit axée sur la sensibilisation, sans être moralisatrice.

Bleta: Nous avons toutes et tous un rapport différent aux écrans, mais finalement, quand on en discute, on rencontre souvent les mêmes problématiques, notamment le temps qu’on y passe. De plus, le fait que la campagne soit adressée à tous les publics (parents, enseignants, etc.) et en 11 langues est un point positif, puisque les jeunes sont souvent pointés du doigt, alors qu’ils ne sont pas les uniques fautives et fautifs.

Quel slogan te parle le plus?  

Héloïse: Celui qui dit: «Tu veux pas me lâcher un peu? Il fait si beau dehors.» Ça représente bien certains de mes dimanches, lorsque je suis fatiguée de ma semaine et je veux juste rien faire sur mon lit, à part regarder des vidéos. Ce slogan, c'est un peu la voix de mes parents qui me dit d'aller prendre le soleil pour ne pas ressembler à un vampire...

Bleta: Je crois que c’est celui qui dit: «Lève le nez, regarde où tu vas!» Il m’est déjà arrivé, en étant pressée (surtout dans les lieux bondés, le métro), de pas trop faire attention à l’environnement et de vouloir vite répondre à des messages.

As-tu changé ton comportement depuis que tu travailles sur cette campagne?

Bleta: Ça m’a amenée à une prise de conscience plus «globale» sur les enjeux liés à l’hyperconnectivité: fake news, cyber-harcèlement, récolte de données, etc. Beaucoup d’entre nous avons déjà conscience des effets néfastes des écrans dans notre quotidien, mais nous n’avons pas toujours les outils et stratégies nécessaires pour les affronter. Cette campagne permet donc aussi de mettre en lumière des programmes de prévention.

Héloïse: Nous avons déjà été sensibilisés à l’école et le travail sur la campagne a agi comme un rappel. C'est une prise de conscience qui s'est faite en me rendant compte que je passais trop de temps sur mon natel. En conséquence, j'ai changé certaines habitudes en mettant des limites de temps sur des applications ou en étant simplement plus attentive.

D. Corthésy