Les coulisses de l'écriture de Bruno Pellegrino

Derrière chaque roman publié par Bruno Pellegrino, des notes, des manuscrits, des carnets, des épreuves corrigées… Notre auteur en résidence littéraire numérique nous ouvre les portes des coulisses de son travail d’écrivain. Qui a débuté publiquement par une critique littéraire dans la revue Le Passe-Muraille!

Le Passe-Muraille

«Au mois d’août 2005, je fêtais mes 17 ans et, pour la première fois, l’un de mes textes était publié. Il s’agissait d’une critique de livre pour la revue littéraire Le Passe-Muraille. Chaque ligne de cet article, et de tous ceux qui ont suivi, me montre à quel point je ne lisais, à cet âge-là, que dans la perspective d’apprendre à écrire (c’est toujours aussi vrai aujourd’hui).»

Un Caprice

«Au printemps 2008, une amie m’a parlé d’un concours d’écriture, le Prix interrégional jeunes auteurs. J’avais amassé, pour un projet finalement laissé de côté, une importante documentation sur le violon. À partir de mes notes, j’ai écrit une nouvelle construite autour d’un caprice de Paganini. Remarquée par le jury du concours, elle est devenue mon premier texte de fiction imprimé dans un vrai livre.»

Comme Atlas

«La correction des épreuves d’imprimerie est une étape ambiguë: il ne s’agit plus, en principe, de modifier le texte, mais chaque détail compte. J’ai découvert cette forme particulière d’angoisse en 2015, lorsque mon premier livre a paru dans une minuscule maison d’édition parisienne. Quand plus tard celle-ci a cessé son activité, le livre a reparu aux éditions Zoé. J’en ai profité pour changer son titre et rédiger un bref «Avant-propos» qui explicite cette décision.»

Là-bas, août est un mois d'automne

«À l’automne 2016, j’étais lancé dans l’écriture d’un texte autour d’une sœur et d’un frère, provisoirement intitulé D’après les oiseaux. Caroline Coutau, qui allait publier ce roman, m’a demandé de lui envoyer ce que j’avais. Elle a lu les trente premières pages et son retour a été décisif. Notre discussion m’a donné toute l’énergie du monde et au retour, j’ai attaqué ma copie au stylo rouge.»

Dans la ville provisoire

«En février 2020, je n’arrivais plus à écrire plus une ligne, je ne faisais que scroller dans le fichier de ce roman qui refusait de trouver sa forme. J’ai éteint mon ordinateur et ouvert ce carnet orange que je n’avais pas acheté, que j’avais dû recevoir je ne sais à quelle occasion. J’ai noté en première page la seule chose dont j’étais certain – le titre –, et j’ai écrit tout le roman à la main, en quelques semaines.»

Gustave Roud, Œuvres complètes

«En mars 2017, alors que je remettais à Caroline Coutau le manuscrit d’un roman consacré à Gustave et Madeleine Roud, je prenais mes fonctions comme chercheur (junior!) sur le chantier des Œuvres complètes du même Gustave Roud. Au printemps 2021, j’en étais à la correction des épreuves et je me rendais compte qu’il n’y avait pas de réelle différence entre la fiction et la critique, la création et le commentaire – la relecture de l’index, par exemple, a exigé la même attention et la même énergie que s’il s’était agi d’une scène de roman.»

Coordonnées

Service des bibliothèques et archives
Direction de la culture et du développement urbain

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

Ecrivez-nous

Facebook
Youtube

Actualités

Bus: tl 18: Port-Franc; tl: Chauderon
Métro: m1: Vigie; m2 Lausanne-Flon
LEB: Chauderon