Energies

Valorisez votre bien immobilier

Si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier, vous disposez d’un levier important pour participer à la transition énergétique. Réalisez un CECB® Plus et rénovez votre bâtiment intelligemment en vous basant sur cette analyse approfondie effectuée par un expert.

Les bâtiments sont parmi les plus grands émetteurs de CO2. Depuis 2017, dans le canton de Vaud, il est obligatoire de réaliser un Certificat énergétique cantonal des bâtiments – aussi appelé CECB® – en cas de vente de son logement ou d’installation d’une chaudière à gaz ou à mazout. Cette «étiquette-énergie» est délivrée suite à un audit réalisé par des experts certifiés, dont des collaborateurs des Services industriels de Lausanne (SiL).

«Le CECB® permet de situer son bâtiment sur une échelle de valeurs standardisées allant de A à G. Il se présente sous la forme d’un document de quatre pages qui fait le point sur l’efficacité énergétique globale du bâtiment et celle de l’enveloppe. Il donne également quelques pistes d’amélioration», explique Xavier Righetti, responsable de l’unité Efficacité énergétique des SiL. A noter que tous les bâtiments construits aujourd’hui doivent être au moins en classe B pour l’enveloppe.

Passer d’une classe à l’autre

Pour améliorer cette «étiquette-énergie» (par exemple, pour passer de la classe F à la classe C), il est indispensable d’effectuer des travaux de rénovation énergétique: moderniser l’enveloppe du bâtiment et/ou les installations techniques (chauffage, eau chaude). Mais par quoi commencer? Les propriétaires peuvent alors commander un CECB®. Le Canton de Vaud accorde d’ailleurs une subvention pour la réalisation d’un CECB® Plus si le bâtiment a été construit avant l’année 2000. (Attention: pour toucher la subvention, la demande doit impérativement être confirmée avant la réalisation du CECB®).

Après une visite sur place et sur la base des plans, l’expert des SiL modélise le bâtiment en 3D et l’analyse dans un logiciel de calcul de bilan thermique. Il prend en compte de nombreuses variables telles que l’orientation, l’environnement, les matériaux utilisés, l’époque de construction, etc. «On utilise l’informatique pour simuler le comportement thermique du bâtiment. Pour rendre l’analyse plus fiable, on prend le temps d’établir un modèle numérique de la situation de départ, ce qui nous permet d’évaluer ensuite les différents scénarios d’assainissement et l’évolution de la classification après travaux. Chaque cas est différent et nous devons aller au-delà de simples calculs. Soupeser chaque élément et réfléchir, avec le propriétaire, à la meilleure évolution possible», explique notre ingénieur.

Trois variantes

Le CECB® Plus aboutit à un rapport de conseil documenté qui évalue des options chiffrées d’amélioration et des recommandations. Trois variantes de rénovation sont proposées, qui peuvent aller du simple changement de fenêtres jusqu’à la rénovation complète. «Nous estimons les coûts de réalisation, le montant des subventions ainsi que les économies d’énergie et finalement la rentabilité. Le client obtient ainsi une vision très complète des différentes possibilités d’évolution de son bâtiment et des investissements à prévoir.»

F. Augsburger