Familles

Parents-ados: en quête de satisfaction

Dans la 27e édition du bulletin Grandir à Lausanne, focus sur les besoins des parents d'adolescentes et adolescents. Rencontre avec Claire Attinger, déléguée à la politique familiale et responsable du Bureau lausannois pour les familles (BLF), et Grégoire Zimmermann, professeur de psychologie à l’Université de Lausanne.

© Ville de Lausanne – Marino Trotta

Grégoire Zimmermann et Claire Attinger.

Le bulletin met en avant les résultats d’une enquête sur les besoins de soutien à la parentalité. Quels sont les objectifs de cette enquête?

Claire Attinger: Face aux difficultés que peuvent rencontrer les adolescentes et adolescents face aux changements relationnels, il arrive très fréquemment que les parents se questionnent sur leurs pratiques parentales. Pour répondre à leurs interrogations, ils vont parfois chercher des sources d’information et de soutien.

Malgré l’accroissement de ces ressources d’accompagnement à la parentalité, leur accès ne semble pas si aisé pour les parents. Les objectifs de ce projet consistent à identifier dans quelle mesure les parents lausannois ressentent le besoin d’être accompagnés dans leur rôle, et de caractériser ce qu’ils souhaitent en matière de soutien.

Grégoire Zimmermann: Il est vrai que l’entrée en adolescence de son enfant peut modifier et bousculer les repères de la vie familiale. L’enfant grandit, il est sur le chemin de l’émancipation et les parents doivent s’ajuster à cette transition. Les résultats de notre enquête suggèrent que la grande majorité des parents interrogés s’ajustent relativement bien à ces changements, et qu’ils se sentent confiants et compétents dans leur rôle et fonction parentales.

Quelques conseils à prodiguer aux parents?

GZ: C’est la question à 1 million [rire]. Tout d’abord, j’encourage chaque parent à se remémorer sa propre adolescence et la relation qu’il a entretenu avec ses parents – cela permet de se décentrer un peu. Ensuite, je suis convaincu que les parents doivent être garants d’un cadre, c’est-à-dire fixer des règles et des limites tout en étant souples et fermes. Pas toujours facile!

Ici, ce qui est important à souligner, c’est que la manière de poser le cadre est presque plus importante que le cadre lui-même. Ce que je veux dire, c’est qu’il s’agit d’être flexible, d’être prêt à négocier, et de respecter l’autonomie de son enfant (p.ex. le fait qu’elle/il ne pense pas comme moi). Finalement, être parent c’est l’expérience du lâcher-prise, car il s’agit de s’investir tout en sachant qu’un jour son enfant partira!

La publication Grandir: www.lausanne.ch/grandir

Le Bureau lausannois pour les familles: www.lausanne.ch/blf

Centre de recherche sur la FAmille et le DévelOppement (FADO) de l'Université de Lausanne: www.unil.ch/fado

WK