Urbanisme

Riponne/Tunnel: une exposition pour définir l’avenir

Jusqu’au 28 octobre, une exposition sur la fontaine de la Riponne présente les projets et le jugement du concours d’idées pour le réaménagement de ces deux places emblématiques. Les objectifs: débattre des orientations esquissées au sein de la Ville et dessiner avec la population l’image directrice du site en vue des travaux qui débuteront en 2024.

Plus d’arbres, de l’eau, des cafés, des espaces de détente, zéro voiture: les idées et envies sont nombreuses pour renforcer l’attractivité et l’animation des places de la Riponne et du Tunnel. Alors que la Ville a lancé une ambitieuse démarche pour réaménager ce site phare du centre-ville, une grande exposition a pris place début octobre sur la fontaine de la Riponne.

Elle dévoile la trentaine de projets soumis lors du concours d’idées en urbanisme fin 2019, notamment les sept primés. Parmi les propositions, certaines vont jusqu’à la destruction du palais de Rumine ou du bâtiment de l’administration cantonale. Les souhaits de liaison entre les deux sites, de reconnexion avec la ville et de végétalisation se retrouvent fréquemment, voire même de manière constante.

Le jour du vernissage de l’exposition, près de 80 personnes ont participé aux présentations publiques, des habitantes et habitants, usagères et usagers du quartier, des urbanistes, architectes, ou de simples passantes et passants.

«La vie et les usagers au centre»

Le président du jury du concours d’idées, l’architecte Pierre Feddersen, l’a rappelé: «Ce qui est inédit avec ce projet de transformation, c’est que la vie et les usagers sont au centre. Il a fallu du courage, de l’audace, de l’enthousiasme pour organiser ce concours de cette façon-là, avec des représentants des habitants dans le jury et une délibération en public.»

Présents à l'occasion du vernissage, Silvia Gonzalez Porquere et Andreu Pont Aineto, lauréats du concours avec le projet In-Between (1er prix), ont mis en avant l'importance de l'historique du site dans son réaménagement: «Pour nous, il est important de trouver un système capable de reconnecter à la ville les différentes couches sur lesquels repose le site.»

Plusieurs rendez-vous sont prévus jusqu'au 28 octobre, pour débattre et en savoir plus sur les singularités du site.

JD