Social

Accueil d’urgence: photographier pour la mémoire

Le dispositif lausannois d’hébergement d’urgence a dû s’adapter à l’arrivée du nouveau coronavirus. Au total, 212 places ont été ouvertes pour accueillir les sans-abri et répondre à cette crise sanitaire sans précédent. Marino Trotta, photographe de la Ville, a documenté cette situation pour en conserver la mémoire.

«Quel que soit le lieu où je me suis rendu, j’ai été ému par la dignité de personnes durement touchées par l’infortune, comme par la profonde bienveillance et le dévouement des intervenant.e.s sociaux et des membres de la PC mobilisés», raconte Marino Trotta. Ce dernier a documenté les mesures exceptionnelles prises au sein des six lieux d’hébergement d’urgence mis en place par le Service social de la Ville, la Direction générale de la cohésion sociale du Canton, la fondation Mère Sofia, le Sleep-In, l’Armée du Salut et la Protection civile. Au travers de ces images, se dévoile le quotidien des personnes sans domicile fixe et de leurs encadrants.

La présence d’un appareil photo suscite tout d’abord de la méfiance. «Il faut se faire apprivoiser et expliquer son travail pour d’abord gagner la confiance et pouvoir ensuite commencer à travailler», explique Marino Trotta. «Certain.e.s bénéficiaires vivent des situations compliquées et ne souhaitent apparaître d’aucune manière. D’autres, au contraire, demandent à être photographié.e.s. Même bousculé.e.s par la vie, ils et elles assument leur situation et restent dignes face à l’adversité.»

Dans ce contexte particulier, le dispositif lausannois compte 212 places ouvertes 24H/24 et 7J/7. A ce jour, il a pu accueillir toutes les personnes qui le souhaitaient. Elles ont été 450 depuis le début de la crise, en mars, pour un total de 16’000 nuitées. Les usager.ère.s ont bénéficié, dans ces lieux, des repas de midi et du soir, d’un lit, de sanitaires et de la possibilité de laver leurs vêtements.

YR