Administration

«Je n’aurais pas pu travailler ailleurs»

Huissier depuis 35 ans, Christian Kiefer prend sa retraite à la fin de l’année. Au service de la Municipalité et du Conseil communal, il aura longtemps été un personnage emblématique de la Ville, en uniforme noir ou en grande tenue, avec la cape rouge et blanche.

© Laurent Kaczor

Christian Kiefer à l’Hôtel de Ville.

«C’est un peu particulier de partir dans ces circonstances, pour moi qui aime tant la Ville et n’aurais pas pu travailler ailleurs», sourit Christian Kiefer, surnommé Kiki dans le monde communal. Il a commencé en 1985 en tant qu’huissier de direction puis, dès 2003, il est devenu huissier de la Municipalité et du Conseil communal. On s’est habitué à le voir dans les cérémonies officielles, aux côtés du syndic ou d’un municipal, dans son uniforme ou en «grande tenue», aux visites de conseillers fédéraux, au 1er août, aux assermentations de police.

C’est lui qui rassemble chaque semaine les dossiers pour la séance de la Municipalité, prépare les élections, les séances du Conseil communal, organise des verrées, des vernissages. À disposition au besoin, à des horaires variés, souvent jusqu’à minuit, rattrapant ses heures quand c’est possible. «Je me donne à fond, j’aime que ce soit parfait.»

Un coup de foudre
Il venait de la gendarmerie. Il avait eu un «coup de foudre» pour l’Hôtel de Ville quand il s’y était marié en 1983 et s’est toujours intéressé à la vie de la cité. «C’est un beau métier, assez unique, qui n’est pas toujours bien compris, et qu’on apprend en le pratiquant. Il faut se mettre au service de la population et des autorités. Dévoué, oui! On voit beaucoup de papiers, on est assermenté et discret.»

Son plus beau souvenir, c’est l’élection d’Yvette Jaggi en tant que syndique, en 1990. «Il faut se rendre compte de ce que c’était, la première femme syndique, et une socialiste après une longue période radicale. Nous lui avons remis un énorme bouquet de roses, c’était magnifique.» Christian Kiefer lève désormais le pied, ses deux collègues prennent le relaism et la Ville le remercie vivement.

AM