Fabienne Bogádi, lauréate 2020

Fabienne Bogádi remporte le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne 2020 pour son roman «Les Immortelles» (l’Âge d’Homme).

Fabienne Bogádi a reçu le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne 2020, attribué par un jury populaire de lecteur·trice·s lausannois·e·s et présidé par la journaliste Romaine Jean.

Le jury de la 6e édition du Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne a choisi de récompenser Fabienne Bogádi, autrice de «Les Immortelles» (l’Âge d’Homme). Née en Valais, d’origine suisse et hongroise, Fabienne Bogádi est traductrice, journaliste économique et spécialiste en communication à Genève. Elle écrit de la poésie, des nouvelles et a publié son premier roman, «Le corps déchiré», en 2014.

«Les Immortelles» raconte le destin de Dea, qui grandit entre un père redouté et une mère qui lʹinitie aux secrets des plantes jusqu’au jour où l’homme dont elle tombe amoureuse l’attire loin de cette nature vers le désir, la vie adulte et la violence. «Le roman de Fabienne Bogádi a convaincu par sa puissance et son pouvoir d’interpellation. Il ne laisse pas indifférent, commente la présidente du jury Romaine Jean. C’est un livre sur la violence sociale, le destin, le non-choix. Une tragédie aux accents mythologiques, à la fois onirique et brutale, servie par une écriture magistrale qui, avec une grande économie de moyens, pudiquement, explore les tréfonds de l’âme humaine.»

Les autres écrivain·e· en lice étaient Antonio Albanese pour «La disparition des arcs-en-ciel dans les rivières du Montana» (l'Âge d'Homme), Mélanie Chappuis pour «La Pythie» (Slatkine), Matthieu Mégevand pour «Lautrec» (Flammarion), Quentin Mouron pour «Vesoul, 7 janvier 2015» (Olivier Morattel) et Roland Buti pour «Grand National» (Zoé).

Un livre naît comme une source. C’est tout petit au début, ça sort de la tête comme la rivière sort de la terre, c’est une image, un rêve, une pensée, un souvenir.

Le mot de l'autrice

«C’est une joie, une fierté et une gratitude immense que j’éprouve à l’égard de ce Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne qui m’a été attribué en cette étrange et sans doute mémorable année 2020. L’écrivain en moi le vit comme une récompense pour le long travail de sept ans qu’il m’a fallu pour parvenir au bout du manuscrit, et pour cette foi intérieure qui ne m’a jamais quittée, quels que soient les obstacles posés sur ma route. (...) Un livre naît comme une source. C’est tout petit au début, ça sort de la tête comme la rivière sort de la terre, c’est une image, un rêve, une pensée, un souvenir. Quand j’étais adolescente, je dévorais les histoires de la mythologie grecque. Et il y avait cette femme puissante, et qui a commis le pire, et qui me fascinait. Elle ne m’a jamais quittée, jusqu’au jour où j’ai eu envie de raconter son histoire, mais différemment. L’idée derrière l’écriture de ce récit était double. D’abord, il s’agissait de parler des femmes, mes sœurs, et de leur force intérieure, de leur intuition, de leur lien charnel à la nature. Ensuite, de parler des fleurs et des plantes, et de ce qu’elles nous disent et nous apportent à nous les humains. En ravissant nos sens, et en nous soignant aussi. Avec cette chose troublante, que si elles soignent, elles peuvent aussi tuer, car tout possède, serti en soi, son contraire.»

Address

Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne
Service des bibliothèques et archives

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

Contact us by email

Facebook
Chaîne YouTube