Café causette

Rien de mieux pour améliorer son français qu’une conversation avec Alexia Lehmann, créatrice des Cafés Causette. Présentation en six mots-clés.

© Louiza

Café Causette

«J’animais depuis plusieurs années un atelier de conversation à la bibliothèque interculturelle de Renens Globelivres, où j’avais parfois dix nationalités différentes sur douze participant·e·s, lorsque je me suis reconvertie pleinement dans l’animation d’ateliers de français langue étrangère. Le terme de Café Causette est né de l’envie de garder l’état d’esprit d’une rencontre dans un café, l’idée d’une conversation, d’un bavardage informel et chaleureux, hors de toute structure formelle ou scolaire.»

Cosette

«Le lien sonore entre le nom de Café Causette et Cosette, l’héroïne des Misérables de Victor Hugo, me plaît beaucoup. Je suis une fan de Hugo, il représente la littérature française dans ce qu’elle a de plus extraordinaire, et j’essaie de lire des extraits de son livre avec les participant·e·s.»

Accueil

«J’aime accueillir l’Autre, l’aider. Je suis Française, donc sans souci de langue, mais je me suis pourtant sentie étrangère lorsque je suis arrivée en Suisse. Je me suis rendue compte de l’importance de pouvoir compter sur toutes les aides possibles à l’intégration, que l’on vienne d’Europe ou de plus loin, d’Asie ou d’Afrique. La Suisse est une terre d’accueil, je souhaite que cela reste une réalité. Et pour s’intégrer, il faut parler la langue, ne pas rester entre soi, gagner le maximum d’autonomie.»

Participant·e·s

«Les Cafés Causette sont destinés à toutes et tous, femmes, hommes, jeunes, moins jeunes, quelque soit l'origine, quel que soit le niveau de langue. À la Bibliothèque Chauderon, j’ai déjà accueilli des Hollandais·e·s, des Nord-Africain·e·s, des Américain·e·s, des Roumain·e·s, des étudiant·e·s, des actif·ve·s de tous les niveaux socioculturels. Les différences s’effacent une fois la discussion lancée!»

Briser la glace

«Je propose de nombreuses activités pour briser la glace au début pour permettre aux discussions de se poursuivre. Je demande par exemple aux participant·e·s de classer leurs prénoms ou leurs pays d'origine par ordre alphabétique. J’utilise aussi la roue des émotions, où je leur demande de choisir des mots puis de les utiliser pour raconter une histoire. Même les plus timides s’y mettent naturellement!»

Quotidien

«Tous les sujets sont bon pour pratiquer le français. Mais comme le premier but visé est l’autonomisation des participant·e·s, je propose souvent de partir sur les expressions liées au quotidien: faire des courses, le vivre ensemble, les diverses formes de politesse, l’orientation dans une ville ou un bâtiment, les entretiens d’embauche.»

Propos recueillis par Isabelle Falconnier

Address

Les Bibliothèques de la Ville de Lausanne
Service des bibliothèques et archives

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

+41 21 315 69 15
Write to us

Facebook
Youtube

Bus: tl 18: Port-Franc; tl: Chauderon
Métro: m1: Vigie; m2: Lausanne-Flon
LEB: Chauderon