Gazon ou prairie fleurie?

Laissons une place dans nos jardins à ces surfaces richement colorées, pour le bonheur d’une flore et d’une faune variées et pour notre plaisir.

© benoît Reveney
Une prairie colorée, parenthèse dans la ville!

Prés fleuris et pâturages multicolores appartiennent au paysage rural traditionnel. Colorées et fleuries, animées par le vol hésitant des papillons, les prairies qui égayaient autrefois nos campagnes suscitent toujours ravissement et admiration. En découvrir une près de chez soi est aujourd’hui chose rare.

En effet, l’intensification des pratiques agricoles a conduit à la perte de 90% des prairies et pâturages particulièrement riches en fleurs ces 60 dernières années. Si cette vision bucolique d’un pré fleuri nous réjouit tant, pourquoi ne pas lui faire une place sous nos fenêtres?

Désert ou oasis de vie? A vous de choisir!

La richesse des prairies fleuries est exceptionnelle. On compte entre 35 et 60 espèces de plantes différentes selon la nature du sol. Ces fleurs variées et abondantes sont irrésistibles pour une foule d’insectes qui, à leur tour, attirent lézards, oiseaux et micromammifères insectivores. Face à nos gazons composés de quelques graminées, la prairie fleurie sort grande championne de la biodiversité. Le gazon est résistant au piétinement, il se justifie là où jouent les enfants et où se prélassent les adultes.

Mais en bordure de la haie, au pied du mur ou le long des accès, pourquoi ne pas semer sauges, marguerites, campanules, esparcettes et salsifis?

Comment faire?

Selon l’espace dont vous disposez, vous pourrez fleurir des bordures, de petits espaces marginaux ou des îlots colorés au cœur de votre gazon. si votre parcelle est suffisamment étendue, un lopin entier peut être transformé.

Avant de semer il est nécessaire de dénuder le sol. On trouve des mélanges de fleurs dans le commerce mais on peut aussi récolter ses propres graines lors de balades ou répandre du foin de fleurs préalablement récolté, une méthode efficace, écologique et pas pénible du tout.

Si votre terrain est pauvre en nutriments et perméable, vous aurez vite de bons résultats. Mais c’est rarement le cas lorsqu’on transforme un gazon en prairie, car on hérite pour quelques années des engrais et autres produits chimiques qui ont été répandus. Dans ces cas-là, on peut accélérer l’appauvrissement du sol en augmentant la fréquence de fauche. Ne vous découragez pas si les fleurs ne sont pas au rendez-vous immédiatement. L’équilibre d’une prairie est atteint après plusieurs années. Et même sans fleurs, une prairie attire criquets et sauterelles vertes.

© benoît Reveney
Prairie fleurie
Prairie versus gazon

Le remplacement du gazon par une prairie apporte de nombreux avantages pratiques:

  • aucun engrais ni produits phytosanitaires
  • aucun arrosage
  • deux fauches par année (mi à fin juin et septembre)
  • moins de bruit
  • moins de travail
  • moins coûteux
© energie-environnement.ch
Gazon court = arrosage fréquent!
Gazon «écolo»

Faucher son gazon à 6-8 cm (au lieu de 2-5 cm) et renoncer aux produits phytosanitaires c’est:

  • économiser de l’eau, de l’énergie et du travail
  • favoriser la vie dans le sol
  • offrir de la nourriture à une foule d’insectes, d’oiseaux et de petits mammifères
Links
Address

Service des parcs et domaines
Direction du logement, de l'environnement et de l'architecture

Avenue du Chablais 46
Case postale
1007 Lausanne  

Locate on the map

Contact us by email
Site officiel
Phone +41 21 315 57 15

Accessibilité:
Partiellement accessible en fauteuil roulant Toilettes partiellement accessibles en fauteuil roulant Pas de places de stationnement accessibles