Opter pour une haie vivante

Choisir des arbustes indigènes au lieu des traditionnels thuyas ou lauriers cerise pour cloisonner son jardin, c’est faire un pas en faveur de la biodiversité en ville.

© Benoît Reveney

Une haie champêtre peut aussi trouver place en ville.

Les remaniements parcellaires et l’intensification des pratiques agricoles ont eu pour effet d’éliminer de nombreuses haies dans nos campagnes. Ces éléments du paysage rural traditionnel s’intègrent parfaitement dans nos aménagements urbains. Pourquoi ne pas opter pour une haie champêtre?

Diversifiée, riche et colorée

Contrairement à la monotonie d’une haie classique horticole, généralement composée d'une seule espèce exotique, une haie champêtre est d’une grande valeur paysagère. Pouvant compter plus de dix espèces d'arbustes, elle se pare au fil des saisons de costumes changeants. A sa beauté s’ajoute son attrait pour la petite faune sauvage.

Gîte et couvert

Oiseaux des jardins, lézards, papillons, grenouilles, hérisson et petits rongeurs, tous sont attirés par une haie variée. Arbres et arbustes indigènes leur offrent à manger et des sites pour se cacher ou se reproduire. Ce n’est pas le cas des espèces horticoles peu adaptées aux exigences de notre faune. D’autre part, plusieurs espèces comme le buddléia, le laurier cerise, le vinaigrier ou encore le robinier faux acacia sont envahissantes et bouleversent les écosystèmes.

© benoît Reveney

Fauvette à tête noire se nourrissant de fruits de sureau noir

 

Quelques exemples et leur alternative

On apprécie le forsythia pour sa floraison précoce. En lui préférant le cornouiller mâle, non seulement la haie sera colorée de jaune au premier printemps mais ses fleurs riches en nectar, puis ses fruits en automne, seront une source de nourriture bienvenue pour la petite faune.

Lilas et sureau noir n’ont pas le même attrait pour les oiseaux. Le premier est visité par cinq espèces alors que 62 ont été observées dans le sureau! En fin d'été, ses fruits sont particulièrement appréciés par les oiseaux migrateurs.

Les fleurs des rosiers horticoles sont spectaculaires mais pauvres en nectar. Bon nombre d’entre eux sont si fragiles qu’ils nécessitent de nombreux traitements. Il existe plusieurs espèces de rosiers sauvages aux fleurs délicates et parfumées. Résistants aux ravageurs, ils ne nécessitent aucun traitement et sont appréciés des insectes. Leurs branches épineuses enchevêtrées sont un site idéal pour la nidification des oiseaux.

Qu’est-ce qu’une plante indigène au juste?

On qualifie d’indigène une plante poussant spontanément dans une ère géographique donnée sans aucune intervention de l’homme. Une plante introduite qui se reproduit spontanément dans la nature n’est pas considérée comme indigène. Les plantes indigènes ont évolué au fil des millénaires au contact des espèces animales locales. Cette coévolution a abouti à de nombreuses adaptations subtiles des deux côtés. C’est pour cette raison qu’en favorisant la flore de chez nous on aide également la faune sauvage.

Faites le bon choix grâce aux listes d’arbres et arbustes et de fournisseurs spécialisés:

Links
Address

Service des parcs et domaines
Direction du logement, de l'environnement et de l'architecture

Avenue du Chablais 46
Case postale
1007 Lausanne  

Locate on the map

Contact us by email
Site officiel
Phone +41 21 315 57 15

Accessibilité:
Partiellement accessible en fauteuil roulant Toilettes partiellement accessibles en fauteuil roulant Pas de places de stationnement accessibles