Les jardins familiaux

Avec le temps, ils sont devenus un élément constitutif du paysage lausannois. Souvent situés dans les zones périphériques, les jardins familiaux ont une longue histoire derrière eux. Et un avenir brillant.

© Régis Colombo – diapo.ch

Véritables villages maraîchers, les tomates autant que les amitiés y sont cultivées par des jardiniers confirmés. Alors que les plantages proposent aux habitants des quartiers un lopin de terre à proximité directe de chez eux, les jardins familiaux répondent à un autre besoin. Plus éloignés des lieux d’habitation, ils se démarquent par la taille des parcelles à disposition, nettement plus grandes, ainsi que par un équipement plus étoffé.

D’hier à aujourd’hui

Le milieu du XIXe siècle voit l’arrivée d’une main-d’œuvre nombreuse dans les villes. Ces nouveaux habitants viennent pour la plupart de la campagne et leurs revenus les obligent à mener une vie on ne peut plus sobre. Ainsi naissent les jardins ouvriers qui permettent d’améliorer l’ordinaire et offrent des instants d’évasion dans un quotidien difficile. En Suisse, c’est au début du XXe que le mouvement des jardins ouvriers est repris par les jardins familiaux. Avec l’avènement de la société des loisirs, l’esprit des jardins change peu à peu. Les cabanes qui servaient jusqu’alors au simple rangement des outils se transforment peu à peu en maisonnettes parfois assimilables à de petites résidences secondaires.

A Lausanne, l’association des jardins familiaux voit le jour en 1917. A ce jour, elle compte dix groupements qui totalisent près de 550 parcelles cultivables, de taille variant entre 100 et 300 m2, et qui s’étalent sur environ 11 hectares.

A l’avenir

Les jardins familiaux sont principalement situés en périphérie, des zones qui seront appelées à se transformer en profondeur dans les années à venir. La Ville entend toutefois maintenir l’activité de ces jardins dont l’importance n’est plus à prouver, tant au plan social qu’en termes de production maraîchère de proximité. Un plan directeur a été mis sur pied pour accompagner les mutations attendues. A long terme, 60% des jardins familiaux actuels devront être déplacés. Mais l’objectif final est d’accroître leur surface de presque un tiers. Le plan directeur, unique en Suisse, prévoit également de mieux inscrire les jardins dans une logique de durabilité avec l’élaboration d’une charte nature et en les intégrant mieux encore dans le paysage.

Liste des jardins familiaux

Entre parenthèse figure la date de création.

  • Montriond (1942)
    ch. de Beauregard 2
  • Vidy (2010)
    rte de Chavanne 55
  • Champ Thénoz (1977)
    ch. des Mayoresses 16
  • Mayoresse (1977)
    ch. des Mayoresses 21
  • Bois-des-Biolles (1978)
    av. des Boveresses 42
  • Bois-Gentil (1973)
    ch. du Maronnier 1
  • Petit-Flon (1977)
    rte du Châtelard 22
  • Rionzi (1984)
    rte du Châtelard 60
  • Châtelard (1957)
    rte du Châtelard 60
Pour obtenir une parcelle

Jean-Marie Brodard
Président central de l’Association des Jardins Familiaux de Lausanne
Chemin du Val d'Angrogne 12
1012 Lausanne
Tél. +41 21 728 08 77
Email: jeanmarie.brodard@gmail.com

Address

Service des parcs et domaines
Direction du logement, de l'environnement et de l'architecture

Avenue du Chablais 46
Case postale
1007 Lausanne  

Locate on the map

Contact us by email
Site officiel
Phone +41 21 315 57 15

Accessibilité:
Partiellement accessible en fauteuil roulant Toilettes partiellement accessibles en fauteuil roulant Pas de places de stationnement accessibles