Louiza illustre le programme de rentrée des activités du livre à Lausanne

La dessinatrice lausannoise Louiza illustre Lire à Lausanne, le programme culturel de l’automne du Service des bibliothèques et archives. Interview d’une fan de Riad Sattouf, qui écrit elle-même de la poésie.

© Louiza
La couverture de notre programme culturel, illustré par Louiza

Née à Lausanne en 1987, Louisa Becquelin, dite Louiza, étudie le graphisme à l’Eracom à Lausanne avant de se lancer dans l’illustration indépendante. Elle publie son premier recueil de dessins, Ça rendait mieux dans ma tête, en 2019 aux éditions Paulette. La même année sort son premier recueil de poésie, Tout ce que reflète la nacre, aux éditions l'Age d'Homme. Un talent de famille: son père Philippe, dit Mix&Remix, a fait les beaux jours du dessin de presse en Suisse romande et sa tante Hélène signe de fantastiques romans dessinés.

Quel plaisir avez-vous pris à réaliser ces dessins pour notre programme culturel?

Ce fut un vrai plaisir! Avoir carte blanche pour un objet si élégant et pouvoir aborder les thèmes donnés avec une telle liberté, c’est un vrai cadeau. Je suis super contente du résultat et le travail de graphisme de //DIY est magnifique! J’ai vraiment eu l’occasion de pouvoir apporter une touche très personnelle à ce projet. J’espère que les lecteurs·rices auront autant de plaisir que moi à découvrir ces illustrations et leurs ateliers! 

Quelle lectrice êtes-vous?

Je n’ai pas l’habitude de me poser pour lire. J’écoute énormément de podcasts et de livres audio. Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos proposées par France Culture il y a quelques années m’ont tenue en haleine lors de mes longues journées d’encrage! C’est une oeuvre, je ne sais pourquoi, qui m’a beaucoup marquée. Les rares fois où je lis, c’est dans le train. Mais j’avoue me faire plus facilement séduire par les reportages des Pieds Sur Terre. 

Vous écrivez aussi de la poésie sous forme de haïkus. Quel plaisir y trouvez-vous?

J’ai toujours accompagné mes dessins de quelques textes et pensées. La poésie est venue à moi par hasard. Un ami m’a conseillé de participer au concours de haïkus organisé par les Printemps de la Poésie en avril 2019 et je me suis laissée tentée par l’expérience. C’était la première fois que j’écrivais des haïkus dans le sens classique du terme! J’ai du plaisir à écrire, mais je ne me considère pas écrivaine. Mon moyen de communication de prédilection reste le dessin. 

Quels sont vos poètes et poétesses préféré·e·s?

Je lis quasiment pas, voir pas du tout, de poésie. J’apprécie cependant la beauté des lyrics de rap tels que ceux de La Caution ou plus récemment de Roméo Elvis. Je suis également très sensible à l’univers de Philippe Katerine.

Et les auteur·trice·s qui vous ont marqué?

J’ai été biberonnée à la pop culture et il m’est difficile de trouver un ou une influenceur·euse précis·e! Riad Sattouf reste pour moi cependant le grand génie! Que ce soit pour son trait, son art de la narration, mais également pour la douceur de ses interventions publiques. 

Propos recueillis par Isabelle Falconnier

Coordonnées

Service des bibliothèques et archives
Direction de la culture et du développement urbain

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

Ecrivez-nous