Le plus ancien journal de la bibliothèque des Archives de la Ville? L’Almanach de Lausanne de 1729!

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, retour en images et en mots sur le plus ancien périodique conservé dans la bibliothèque des Archives de la Ville de Lausanne: l’Almanach de Lausanne de 1729, et les débuts de la presse.

© Les Archives de la Ville de Lausanne (AVLP 178)
A gauche, publicité pour un guérisseur. A droite, page de titre avec un ours.
Almanach de Lausanne, 1729, pages 2-3 [AVLP 178].

L’Almanach de Lausanne

Ce 3 mai 2021, la Journée mondiale de la liberté de la presse rappelle non seulement que la liberté de presse ne va pas de soi dans le monde, mais aussi que la presse à une histoire, longue, ancienne, complexe et passionnante. Dont témoigne le plus ancien périodique conservé dans la bibliothèque des Archives de la Ville de Lausanne, l’Almanach de Lausanne publié en 1729.

Imprimé par Jean Zimmerli (1725-1767), on y trouve, mois par mois, le calendrier lunaire avec des indications des travaux des vignes et des champs, la liste des foires en Suisse, la liste de Saints, les dates des fêtes mobiles comme les Cendres, Pâques ou les Brandons, ainsi que des conseils concernant l'agriculture et la santé en lien avec l’astrologie, ou encore les horaires des diligences. Pas d’actualité, si ce n’est une rubrique «Naissance et âge des rois et princes de l’Europe».

Naissance de la presse

Au début de l’histoire des journaux et de la presse périodique, il y a, justement, les almanachs, nés avec l’invention de l’imprimerie. Lecture populaire des plus prisées, les almanachs sont alors diffusés généralement par des colporteurs et atteignent toutes les couches de la société.

L'un des almanachs les plus célèbres est le fameux Messager boiteux, publié en allemand dès 1677, en français à partir de 1707 à Vevey, sous le titre Véritable Messager boiteux de Berne et Vevey, un phénomène social et littéraire en soi. Les almanachs connaissent au 19e siècle un essor prodigieux grâce à l'amélioration des techniques de reproduction et la liberté de la presse qui favorise le développement d'almanachs confessionnellement ou politiquement engagés. On voit apparaître des almanachs visant tels ou tels groupes de population liés par l'âge ou les centres d'intérêt. Par exemple, des almanachs de types littéraires, proposant des textes instructifs ou littéraires, comme les Etrennes helvétiennes et patriotiques publiées à Lausanne par le futur doyen Philippe-Sirice Bridel (1757-1845), avant le grand boom de l’édition littéraire moderne.

© Les Archives de la Ville de Lausanne (AVLP 178)
Almanach de Lausanne, 1729, pages 32-33 [AVLP 178].

Surveillance et censure

Les almanachs restent toutefois avant tout consacrés aux informations pratiques en lien avec la vie quotidienne des citoyens. Car si au 18e siècle les imprimeries se multiplient dans le Pays de Vaud, leurs Excellences de Berne se montrent sans complaisance à leur encontre, multipliant entraves, surveillance et censure.

La Feuille d’Avis de Lausanne, lancée en 1763, doit ainsi se limiter aux annonces sans aucun texte rédactionnel relatif à la chose publique. Les intellectuels lisent les revues hollandaises comme Les Nouvelles de la République des Lettres et les Lausannois se rabattent sur le Mercure suisse, imprimé à Neuchâtel dès 1732, futur Journal helvétique puis Journal de Neuchâtel jusqu’en 1782. En 1786 apparaît le Journal de Lausanne, opuscule hebdomadaire de quatre pages parlant histoire naturelle, belles-lettres ou agriculture uniquement: les autorités bernoises interdisent toute allusion à la politique, et on y cherche en vain une quelconque allusion aux événements qui se passent alors en France, Etats Généraux, prise de la Bastille, massacre des Suisses ou exécution de Louis XVI.

Opinion et opposition

En 1798 nait à Lausanne un premier journal d’opinion, le Nouvelliste vaudois et étranger, feuille d’opposition s'adressant aux aristocrates et aux partisans de l'Ancien Régime. Le Nouvelliste vaudois, deuxième du nom, fondé en 1824, partisan d'une constitution fédérale, devient l’organe du parti radical puis, dès 1891, des libéraux.

L’Almanach de Lausanne, apparu en 1652 sous le titre Almanach pour l'an 1652, sera publié jusqu’en 1911. Imprimé par une quinzaine d’imprimeurs successifs, il entame son histoire au sein des générations successives de la famille Gentil pour la terminer au sein de la dynastie Payot à partir de 1890.

Isabelle Falconnier, avril 2021

Coordonnées

Les Archives de la Ville de Lausanne
Service des bibliothèques et archives

Rue du Maupas 47
1004 Lausanne  

+41 21 315 21 21
Ecrivez-nous

Web TV

Actualités

Chaîne Youtube

Lundi-jeudi: 13h00-17h00
Sur rendez-vous uniquement