Mon-Repos, joyau du patrimoine lausannois

L’histoire du domaine cher aux Lausannoises et Lausannois est riche en rebondissements. Un aperçu avant la conférence proposée par les Archives de la Ville de Lausanne.

© Maude Gyger

L’histoire du domaine cher au coeur des Lausannoises et Lausannois, l’un des plus beaux parcs publics de Suisse romande, débute au 18e siècle lorsqu’Abraham Secrétan constitue un domaine en regroupant plusieurs parcelles viticoles.

En 1747, il y édifie une maison qu’il revend avec parc et communs à Philippe de Gentils, marquis de Langallerie et… ami de Voltaire. C’est à son intention que le nouveau propriétaire aménage, dans une grange contiguë à la villa, une véritable scène de théâtre. En février 1757, le philosophe lui-même incarne le personnage de Lusignan de sa tragédie Zaïre. Il raconte à ses amis de Paris: «J’ai fait couler des larmes de tous les yeux suisses. (…) Il y a dans mon petit pays romand (…) beaucoup d’esprit, beaucoup de raison, point de cabales, point d’intrigues pour persécuter ceux qui rendent service aux belles-lettres.»

Langallerie meurt en 1773. Ses héritiers louent la demeure à une Lady anglaise, puis à des princes allemands avant son rachat en 1802 par un négociant lausannois qui la revend à son tour à son cousin Vincent Perdonnet.

Ce financier veveysan aux idées libérales fait appel à l’architecte suisse Henri Perregaux pour transformer le bâtiment, et au dessinateur paysagiste parisien Montsalier pour métamorphoser le parc en jardins inspirés de la peinture anglaise, avec fausse ruine gothique, volière et décor végétal somptueux. La demeure et son parc accueillent la fine fleur du gotha européen, dont les frères de Napoléon, la reine d’Espagne Isabelle II et le futur roi Edouard VII de Grande-Bretagne.

En 1910, la Ville de Lausanne achète la propriété à Gustave Perdonnet, fils de Vincent, avec l’intention de réaménager en espace public le domaine, ses bâtiments et son exceptionnel arboretum dont elle s’occupe dans les règles de l’art ancien.

En 1927, le Tribunal fédéral et son avenue viennent scinder le parc en deux. De 1929 à 1937, le baron de Coubertin est l’hôte de la villa. Depuis 1938, elle accueille les réceptions officielles de la Ville de Lausanne. Comment entretient- on ce patrimoine architectural et paysager unique ? C’est à cette question passionnante que répondront lors de la conférence proposée par les Archives de la Ville Eric Pitteloud, du Service du logement et des gérances, et Yves Lachavanne, du Service des parcs et domaines.

Coordonnées

Les Archives de la Ville de Lausanne
Service des bibliothèques et archives

Rue du Maupas 47
1004 Lausanne  

+41 21 315 21 21
Ecrivez-nous

Facebook
Web TV

Actualités

Chaîne Youtube

Lundi-jeudi: 13h00-17h00
Sur rendez-vous uniquement

Bus: tl 3, 21: St-Roch; tl: Chauderon
LEB: Chauderon