Le secret de la main verte selon Monsieur Jardinier!

Christophe Leuthold est l’un des jardiniers de la mythique émission de la RTS. Il se confie en poète avant sa rencontre à la Bibliothèque Montriond.

© Maude Gyger

Vous êtes un des «Monsieur Jardinier» de l’émission du même nom. Que vous amène cette émission mythique de la RTS?

C’est un lieu privilégié d’écoute et de rencontre qui, par la magie des ondes, me fait glisser par la porte dérobée au jardin, ou sur le dos du passereau au balcon, du terreau potelé aux jardinières d’intérieur. Pour dire vrai, c’est l’émission des auditrices et des auditeurs qui l’ont dès les premiers instants plébiscitée. Ah! Papa Gigon et feu Paul Baudat le pépiniériste de Romanel! Les nouvelles du jardin étaient et sont encore aujourd’hui privilégiées sur celles, tellement prévisibles et répétitives, du vaste monde. Les jardinières et jardiniers passent mais l’imaginaire collectif se renouvelle à l’infini: il suffit d’une herbe en souffrance, d’une variété savoureuse de pommes ou d’une histoire de vers de terre sans dessus-dessous pour que la captation produise tous ses effets addictifs.

Vous êtes cet automne l’invité de la Bibliothèque Montriond, qui propose une grainothèque à son public. Est-ce important à vos yeux que tous les lieux potentiels, même des bibliothèques, participent à la pédagogie autour des
plantes et des fleurs?

Il est nécessaire d’encourager et d’alimenter une contamination végétalisée irrésistible face aux hordes numérisées galopantes incapables de produire une once d’énergie autotrophe, ni une strophe à la mélodie du bonheur! Est-il possible de lire un poème cloîtré dans un appartement «minénergie», sans être dérangé par un bruissement de jeunes feuilles de hêtre ou incommodé par un p’tit courant d’air, voire la rumeur sourde de la grande eau du parc à enfants?

Le jardinage, que l’on ait un jardin ou que l’on se contente de son balcon, est à la mode. Comment expliquer cet engouement?

Jardiner est une activité humaine qui traverse les siècles et les cultures. Il est lié à notre cerveau reptilien, qui devrait être appelé cerveau «canopéen» en référence aux humanoïdes vivant en partie dans «les bras» des arbres. Le mimétisme inconscient de nos corps perchés aux étages des immeubles active probablement ce besoin viscéral de gratouiller le terreau et de voir pousser graines et fruits potelés ou pommelés… Pour bien voir la terre, il faut la voir d’un peu loin. Relire à ce sujet Le baron perché d’Italo Calvino!

On pense souvent que certaines et certains ont «la main verte», et d’autres pas. À tort?

À question d’adulte, réponse de… jardinier. C’est le mystère de Tistou les pouces verts et de son ami Moustache, que le monde des «grands» ne peut pas prétendre comprendre!

Comment cette proximité avec la nature et les plantes vous est-elle venue?

Je me souviens du petit garçon de l’avenue du Temple pris en flagrant délit de curiosité, absorbé qu’il était par un «regard» d’eau de pluie et se demandant: qui contemple qui?

Quels sont vos trois plantes et arbres préférés, et pourquoi?

Le Metasequoia glyptostroboides à cause de son nom imprononçable et des
jeux de mots qui l’habitent, sans parler de son histoire rocambolesque! L’herbe-aux-goutteux parce que tout est bon en elle, bien qu’elle soit mal aimée par une cohorte de jardinières et jardiniers. Une mousse, enfin, peu importe son nom, car grâce à elle, je sais que je n’ai pas fini de ne pas savoir.

Propos recueillis par Isabelle Falconnier

Evènement

Avec Christophe Leuthold, jardinier

Christophe Leuthold est un «Monsieur Jardinier» de la RTS. De son parcours personnel et professionnel, il suit une démarche qui englobe la nature et l’humanité, dans une filiation naturelle. À ce titre, le jardinage relève pour lui d’un accompagnement des plantes et d’une écriture végétale qui redonne de l’espace là où l’humain est coincé, ce qui résonne pleinement avec notre actualité. Au cours de cette conférence, il analysera les semis spontanés au jardin: que garde-t-on, que repique-t-on ou qu’écarte-t-on? En quoi les plantes présentes et ce qui se ressème nous apprennent sur notre jardin? Comment rendre notre jardin vivant, au-delà de ce qui est prévu et encadré, pour laisser la place à un jardin poétique?

Bibliothèque Montriond, jeudi 18 novembre 2021 de 18h30 à 20h.
Entrée libre sur inscription, dès 15 ans.

Coordonnées

Les Bibliothèques de la Ville de Lausanne
Service des bibliothèques et archives

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

+41 21 315 69 15
Ecrivez-nous

Facebook
Youtube

Actualités

Bus: tl 18: Port-Franc; tl: Chauderon
Métro: m1: Vigie; m2: Lausanne-Flon
LEB: Chauderon