Le mystère des doudous oubliés

Que deviennent les nounours et autres pandas en peluche oubliés par les enfants dans les Bibliothèques de la Ville de Lausanne? Ils attendent patiemment de retrouver leur propriétaire!

C’est à la fin de la journée, lorsque les visiteurs grands et petits quittent les lieux, que le silence se fait entre les rayonnages de livres et qu’alors, les bibliothécaires découvrent, entre deux albums de contes, sur un coussin ou au fond du bac à bandes dessinées, quelque créature douce, colorée et poilue. Un doudou perdu, abandonné, esseulé! C’est tout juste si on ne l’entend pas appeler silencieusement son propriétaire étourdi… Il rejoint ainsi d’autres doudous perdus, abandonnés et esseulés mais conservés précieusement par les bibliothécaires.

«Evidemment, nous les gardons en espérant que leur propriétaire vienne le rechercher!, explique Andrea Olivera, responsable de la Bibliothèque Jeunesse de la Ville de Lausanne. Je suis la plus heureuse des femmes lorsque j’entends un enfant s’écrier, «C’est le mien!». Hélas, trop souvent, personne ne les réclame. J’imagine pourtant les drames et pleurs que cette perte doit forcément créer dans une famille…»

En attendant, Andrea et son équipe de la Bibliothèque Jeunesse les exposent au-dessus du guichet, au vu et au su de toutes et tous. La seule peluche que la «BJ» - de son petit nom - n’a jamais laissé repartir, c’est Albert, un énorme crapaud vert devenu en quelques années la mascotte des lieux. «Il accueillait auparavant les familles et les enfants à l’entrée. Nous l’avons désormais installé au-dessus du desk principal. L’an dernier, au plus fort des effets liés au Covid, nous lui avons mis des gants et un masque. Il reflète l’état d’esprit de la bibliothèque, de l’équipe! Parfois, on lui accroche une fleur, un bonnet de Père Noël en hiver…»

Une vingtaine de peluches, ours, lapins, pandas, koalas, licornes, dinosaures et autres créatures Pokémons veillent ainsi sur les lieux lorsque la nuit tombent sur les belles histoires des livres de contes. «Un jour, un petit m’a demandé ce que les doudous faisaient tout seuls la nuit, sourit Andrea Olivera. Je lui ai répondu en lui demandant ce que lui imaginait. Il m’a raconté une adorable histoire où les doudous, tristes d’avoir été séparés de leur propriétaire, se faisaient des câlins en lisant des albums toute la nuit, pour s’installer à nouveau sur les étagères juste avant que le soleil ne se lève…»

A la Bibliothèque La Sallaz, ce sont presque une cinquantaine de peluches qui ont été trouvées et recueillies par l’équipe de bibliothécaires depuis son ouverture, il y a cinq ans. «Je suis ravi lorsque nous pouvons rassurer un parent qui appelle paniqué après la perte d’un doudou, raconte Alex Berto, responsable des lieux. Nous trouvons bien sûr d’autres objets, des sacs de gym, des lunettes, des pulls. Après un an dans notre armoire d’objets trouvés, nous les débarrassons. Par contre, les doudous sont conservés et rejoignent notre coin jeunesse. Ils aident à créer une ambiance agréable, confortable, réconfortante pour les enfants qui y passent un moment à lire et choisir des livres.»

Et si un enfant a un coup de cœur pour un doudou oublié par un autre, il arrive à l’équipe de La Sallaz de l’offrir alors, «après consultation des parents». En avertissant du risque: un jour, la ou le «vrai» propriétaire du doudou abandonné risque de le reconnaître. Il s’agira alors de se montrer généreux·se!

Isabelle Falconnier

Coordonnées

Les Bibliothèques de la Ville de Lausanne
Service des bibliothèques et archives

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

+41 21 315 69 15
Ecrivez-nous

Facebook
Youtube

Actualités

Bus: tl 18: Port-Franc; tl: Chauderon
Métro: m1: Vigie; m2: Lausanne-Flon
LEB: Chauderon