Le Carnaval de Bâle de 1946 filmé par un Lausannois

Une mystérieuse boîte de la Chocolaterie Suchard remplie de bobines de films 8 mm - retrouvée sur un trottoir de Lausanne - est arrivée entre les mains de notre archiviste audiovisuel, Olivier Aeby. A l’intérieur, entre autres trésors, des images inédites et saisissantes du Carnaval de Bâle de 1946.

© Droits réservés
La mystérieuse boîte de la Chocolaterie Suchard remplie de bobines de films 8 mm

Inscrit au patrimoine mondial culturel immatériel de l’Unesco, le Carnaval de Bâle faisait déjà parler de lui au siècle dernier. De saisissantes images tournées par un cinéaste dit amateur en 1946 en offrent un témoignage exceptionnel.

Le lausannois Henri Charpié a décidé de placer sa caméra au cœur du cortège et de filmer en plans très rapprochés, nous offrant ainsi une plongée dans un défilé costumé largement marqué par la guerre. Brut de tout montage, son film dure 2 min. 45 sec. avec une vitesse de défilement supposée de 16 images par seconde. En dépit de la numérisation, la qualité originelle de l’image est évidente, la pellicule 8 mm ayant bien vieilli (cote du document: K29057).

La remise de ce document aux Archives de la Ville

Or ce document, ainsi que les autres productions d’Henri Charpié, ont bien failli passer au rebut l’année dernière. Les circonstances de leur versement aux Archives de la Ville de Lausanne méritent d’être relatées. En août 2019, Bertrand Nobs débarque dans le bureau de l’archiviste audiovisuel avec un lot de documents encore plus impressionnants qu’à son habitude. En effet, Bertrand, architecte à la retraite, est un fécond réalisateur de documentaires sur la ville depuis des décennies, et, à ce titre, un proche des Archives, qu’il visite régulièrement pour consulter ou enrichir son fonds (cote du fonds : P65). Ce jour-là, il arrive avec une curieuse boîte en bois de la Chocolaterie Suchard, remplie de bobines de films 8 mm: «C’est un ami [Monsieur Jean-Jacques Pillevuit] qui m’a apporté ces films. Il les a trouvés au bord de la route [avenue du Mont-Blanc], pour la décharge. Visiblement les films d’une confrérie de confiseurs.»…

Le fonds de la famille Charpié

La plupart des bobineaux se trouvaient être encore dans leur emballage d’envoi postal, avec l’adresse du destinataire «Henri Raoul Charpié». Des recherches dans la presse locale numérisée révèlent qu’Henri Charpié (1896-1970) fut longtemps patron confiseur à la rue de Bourg à Lausanne, et également président de la Société vaudoise des patrons confiseurs. Les 64 films qui nous sont ainsi parvenus et constituent désormais le fonds de la famille Charpié (cote du fonds: P775), contiennent des prises de vues entre 1942 et 1955. Il s’agit d’événements lié à sa vie professionnelle, avec des sorties d’apprentis, des concours de confiseries, des congrès et des foires, mais également des sorties récréatives de sociétés de confiseurs, des cortèges, des défilés militaires, et des festivités comme la Fête des Vignerons de 1955 ou le carnaval de Bâle de 1946.

L’image: une histoire de famille

De fil en aiguille, l’archiviste audiovisuel a réussi à contacter le petit-fils d’Henri Charpié, François Charpié, jeune retraité et ancien monteur à la RTS. Et c’est alors une autre page qui s’ouvre sur l’histoire des commerçants lausannois et plus largement sur l’histoire de cette ville et son patrimoine, puisque son père, Jean Charpié (1926-2007), posséda un laboratoire de photographies à la Place Saint-François et fut photographe officiel de l’Exposition nationale de 1964... Sa production est conservée au Musée de l’Elysée. Une histoire de famille qui appelle déjà un autre petit plaisir archivistique à suivre!

Olivier Aeby, archiviste audiovisuel
Charline Dekens, archiviste adjointe

Coordonnées

Les Archives de la Ville de Lausanne
Service des bibliothèques et archives

Rue du Maupas 47
1004 Lausanne  

+41 21 315 21 21
Ecrivez-nous

Lundi-jeudi: 13h00-17h00
Sur rendez-vous uniquement