Concours d’écriture New Romance: les trois nouvelles lauréates

La Bibliothèque La Sallaz a lancé ce printemps un concours de nouvelles New Romance, dans la foulée des ateliers d’écriture New Romance menés par l’écrivaine Cali Keys et notre bibliothécaire Elodie Ulrich. Découvrez les trois textes lauréats, signés Sarah-Lou Billon, Yann Mengarda et Charline Gerber. C’est chaud, mais diablement sentimental!

© Marion Zmilacher
Les lauréates et le lauréat du concours d'écriture New Romance. De gauche à droite : Yann Mengarda, Sarah-Lou Billon, Charline Gerber

Ils étaient une cinquantaine de participantes et participants aux ateliers d’écriture New Romance menés en janvier et février 2022 à la Bibliothèque La Sallaz par l’écrivaine Cali Keys et Elodie Ulrich, bibliothécaire passionnée du genre. Une dizaine d’entre eux ont répondu à l’appel et envoyé un texte au concours de nouvelles New Romance organisé dans la foulée.

Résultat: un corpus de textes mêlant sensualité, érotisme, sentiments amoureux et tension dramatique, dans la droite ligne des codes du genre. Les Gaïa Alexia, Christina Lauren, Morgane Moncomble et autres stars du genre n’ont qu’à bien se tenir: la relève est assurée! Découvrez les trois nouvelles lauréates ainsi que les deux femmes et l’homme qui se cachent derrière ces textes inspirants.

© Marion Zmilacher
Sarah-Lou Billon

1er prix
La nouvelle: «Turbulences au septième ciel»
L’auteure: Sarah-Lou Billon, Paris

«Je suis chargée de production dans le monde du cinéma à Paris. Je suis fan de littérature depuis toujours, il ne se passe pas une journée sans que je me plonge dans un livre! J’ai une affection particulière pour la romance. C’est en lisant les livres de Cali Keys, et notamment son roman La bibliothèque des bienheureux, que j’ai découvert la New Romance, puis sa proposition d’ateliers d’écriture! Pour moi qui rêve d’écrire des romances, c’était un signe. J’ai adoré suivre l’atelier. J’ai découvert avec plaisir les spécificités de la New Romance. Nous nous sommes bien amusé.e.s! J’ai réalisé que j’avais une grande facilité d’écriture. Au point que j’ai décidé de me lancer sérieusement dans l’écriture. Ecrire de la romance, c’est faire du bien aux autres tout en me faisant plaisir!

«Le thème de la rencontre à la fois amoureuse et érotique dans un avion m’est venu alors que je devais assister à un mariage en Argentine. Je n’ai hélas pas pu partir. Je me suis servi de cet exutoire créatif pour gérer ma frustration! Faire l’amour dans un avion est un fantasme très présent dans l’imaginaire collectif. Il véhicule un aspect transgressif très intéressant pour une écrivaine! Ce n’est pas un fantasme personnel mais il m’est venu naturellement au moment de me lancer dans l’écriture de la nouvelle. J’ai adoré imaginer la rencontre entre cet homme et cette femme qui ne parlent pas la même langue, ne se ressemblent en rien – elle a d’ailleurs peur de l’avion – mais se comprennent avec leur corps, s’ouvrent l’un à l’autre, se créent une bulle d’intimité folle.»

© Marion Zmilacher
Yann Mengarda

2e prix
La nouvelle: «On regrettera, mais demain»
L’auteur: Yann Mengarda, Epalinges

«J’écris depuis mon adolescence. Je ne pourrais pas imaginer une vie sans cette activité! Les plateformes de fanfiction ont été un environnement très stimulant pour moi. J’ai beaucoup écrit dans ce cadre, notamment des fans fictions déclinant les univers d’Assassin Creed ou Grey’s Anatomy. En 2012, lorsque j’avais 18 ans, j’ai d’ailleurs connu un joli succès avec ma fanfiction Grey’s Anatomy! J’ai eu envie de participer à l’atelier d’écriture de Cali Keys pour me confronter à un groupe et à une auteure confirmée, dont les conseils ne peuvent que m’être bénéfiques. La New Romance est un univers que je découvre depuis peu, notamment grâce à Elodie, la bibliothécaire de La Sallaz spécialiste du genre. Je participe au club de lecture New Romance depuis un an avec un immense plaisir. Cela ranime en moi le côté fleur bleue que j’avais à l’adolescence et que j’avais peut-être perdu.»

«J’aime l’importance accordée aux sensations et aux émotions des personnages. L’aspect érotique est très plaisant, surtout lorsqu’il est amené de manière équilibrée, qu’il est au service de l’histoire et non artificiel. Je trouve que d’une manière générale, la littérature contemporaine a perdu le rapport à l’intimité, à la sensualité, à l’érotisme. J’avais en tête depuis longtemps cette idée de deux colocataires, l’un gay et l’autre pas, qui un moment donné se rapprochent de manière sensuelle. En tant que personne gay, on a tous vécu ce moment où on se demande si on ose, ou pas, se montrer entreprenant avec une personne qui nous attire mais qui n’est pas forcément ou ouvertement gay. Il y a une part de fantasme personnel dans mon texte. Ecrire cette histoire a été libérateur pour moi, et surtout un immense plaisir!»

© Marion Zmilacher
Charline Gerber

3e prix
La nouvelle: «Deuxième rencontre»
L’auteure: Charline Gerber, Lausanne

«Je travaille dans une agence de communication à Lausanne. Je rédige donc régulièrement des textes, mais toujours de manière assez cadrée. J’ai adoré pouvoir libérer ma créativité littéraire en participant à l’atelier d’écriture proposé par la Bibliothèque La Sallaz! J’habite le quartier, c’est donc en voisine et en habituée des lieux que je me suis inscrite. Je n’étais pas particulièrement familière de la New Romance. J’avais lu Cinquante Nuance de Grey à sa sortie, j’étais adolescente et avait été surprise, pour le moins! J’ai réalisé lors de l’atelier à quel point ce genre, qui émoustille et même choque certains, est populaire dans le monde.»

«Cela a été un challenge pour moi de me plonger dans cet univers, d’assumer d’écrire des scènes osées. La sensualité et l’érotisme, le désir, ce sont des choses intimes dont on parle peu dans la société. C’est un exercice passionnant que de mettre des mots là-dessus! Cela développe son imaginaire et donne des émotions uniques en tant que lectrice. De plus, moi qui aime les histoires d’amour qui finissent bien, je suis servie dans le genre! Pour ma nouvelle, je suis partie d’une ambiance d’été, lourde, chaude, orageuse, avec l’odeur de lavande en fonds. Je voulais évoquer le passage de l’enfance à l’adolescence, l’entrée dans le monde adulte. Ce thème est incarné par une jeune fille troublée de retrouver un garçon qu’elle n’avait pas vu depuis longtemps, qui soudain l’attire, la trouble. Et c’est réciproque!»

Propos recueillis par Isabelle Falconnier

Coordonnées

Service des bibliothèques et archives
Direction de la culture et du développement urbain

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

Ecrivez-nous

Facebook
Youtube

Actualités

Bus: tl 18: Port-Franc; tl: Chauderon
Métro: m1: Vigie; m2 Lausanne-Flon
LEB: Chauderon