Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

En 2023… honneur au Major Davel!

Le 24 avril 2023, cela fera trois siècles que Jean Daniel Abraham Davel, dit le Major Davel, a été décapité dans la plaine de Vidy à Lausanne. L’historien Gilbert Coutaz, directeur honoraire des Archives cantonales vaudoises, publie «Le major Davel. Naissance du premier patriote vaudois» (Château & Attinger). Après l’avoir côtoyé durant quarante ans, il nous confie son sentiment sur un personnage qui, ni mythe ni monolithe, garde son halo de mystère.

© Charles Gleyre L’Exécution du Major Davel, 1850 (MCBA)

Victime de la séduction du Major, dès 1981, à la faveur d’un colloque «Histoire et légende», j’ai eu trois occasions de lui manifester mon attachement: étude historiographique et archivistique des documents de l’affaire Davel (1989), notice dans le Dictionnaire historique de la Suisse (2005) et rédaction d’une monographie (2022).

La commémoration du tricentenaire de la mort de Davel m’a engagé à reprendre le dossier de fond en comble. Livré à moi-même, je devais, selon l’éditeur, me démarquer des publications existantes et traiter la figure iconique des Vaudois dans ses multiples expressions.

Seule la contextualisation de chaque écrit, de chaque œuvre m’a paru s’imposer pour renouveler l’approche et le questionnement. En plaçant au cœur de la réflexion le processus d’héroïsation, j’observais des variations dans les interprétations de la personnalité de Davel, au fil des décennies, loin d’être un mythe et un monolithe. Six périodes distinctes les ont caractérisées:

  • Le temps du souvenir dans un climat de censure (1723-1797)
  • Le temps des succédanés dans un climat identitaire (1798-1830)
  • Le temps de la réhabilitation dans un climat militant (1831-1850)
  • Le temps de la popularisation dans un climat d’adoption (1851-1897)
  • Le temps de la vénération dans un climat de commémorations (1898-1973)
  • Le temps des incertitudes dans un climat d’interrogation (1974-2023)

L’affaire a eu un retentissement considérable. Elle n’est pas tombée dans l’oubli. Si le nom du séditieux n’est pas cité en 1803, au moment où Vaud devint canton suisse, c’est pour désamorcer les tensions avec Berne. Juste Olivier, à l’origine de la réhabilitation, fait de Davel le chantre de la liberté et de l’indépendance. Elevé alors au panthéon des héros suisses, Davel est l’homme du peuple dans les années 1850. Sa piété en fait un chrétien-soldat, dès le début 1890. Les partis politiques, toutes tendances confondues, et les églises réformée et catholique l’adoptent en 1923. Quand les circonstances sont difficiles, on fait appel à lui. Rebelle, si ce n’est pas révolutionnaire, Davel, pour d’autres, apaise, fédère.

On pourrait croire le dossier clos. Au terme des investigations, je dois admettre que Davel continue à garder son halo de mystère. Sa rupture de serment interroge, sa démarche d’affranchissement du Pays de Vaud désarçonne, son pacte avec Dieu et les révélations dans sa jeunesse de la Belle inconnue laissent perplexes. Faute de trancher, j’ai préféré proposer une feuille de route aux enseignants. Si Davel, héros à son insu et exclusif depuis 1841, a pu traverser tous les régimes politiques, cela tient sans doute à sa personnalité énigmatique, atypique et hermétique. A-t-il façonné pour autant l’âme vaudoise, comme certains le qualifient ? Je crois plutôt que le consensus autour du Major s’est forgé à partir de lectures divergentes, chacun trouvant une raison de s’y référer. Davel apparaît en effet maniable. Qui plus est, il donne l’impression d’être inoxydable, sans concurrence, même si on relève, depuis plusieurs années, des signes d’essoufflement et la méconnaissance des jeunes générations.

Le matériau que j’ai réuni est désormais à disposition de quiconque. Il rapporte les leçons du passé. Le rendez-vous de 2023 est assurément un tournant dans la perpétuation de la célébration de Davel qui en ressortira revitalisé ou affaibli. Les choix politiques de la fête et l’élan citoyen seront déterminants.

Un peuple ne mérite son héros que s’il l’entretient!

Quarante ans après mes premiers contacts, je reste ébloui par un tel phénomène historique.

Gilbert Coutaz

«Le major Davel. Naissance du premier patriote vaudois». Par Gilbert Coutaz. Château & Attinger, 254 p.

«Le Major Davel: de retour à l’Hôtel de Ville de Lausanne».
Une conférence de Gilbert Coutaz, jeudi 6 avril à 18h30, Hôtel de Ville, Palud 2, salle du Conseil communal.
Entrée libre, verre de l'amitié.

Coordonnées

Service des bibliothèques et archives
Direction de la culture et du développement urbain

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

Actualités

Bus: tl 17: Port-Franc; tl: Chauderon
Métro: m1: Vigie; m2 Lausanne-Flon
LEB: Chauderon