Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Partager

Portrait des Éditions Plaisir de Lire

Nouveauté dans Lire à Lausanne! Découvrez la richesse et la diversité éditoriale de notre région et faites connaissance avec des personnes passionnées! Rendez-vous avec Béatrice Peyrani, directrice des Éditions Plaisir de Lire.

Nous partons à la rencontre de celles et ceux qui font les livres et qui œuvrent au quotidien pour nous les faire découvrir. Ces amoureuses et amoureux des mots nous racontent leur métier et leur passion. Pour ce premier portrait, nous faisons connaissance avec les Éditions Plaisir de Lire, basées dans la capitale vaudoise depuis plus de 100 ans. Alors bonne découverte et n’oubliez pas de lire!

© Droits réservés

L’interview de Béatrice Peyrani, directrice

En quelques mots, quel est votre parcours? Comment êtes-vous arrivée à la tête des éditions Plaisir de Lire? 

J’ai travaillé pendant plus de 20 ans en France, comme journaliste au sein de plusieurs rédactions, dont «Le Point» où j’ai été cheffe du service économie jusqu’en 2009. Cette même année, nous avons quitté Paris pour vivre avec ma famille à Zurich puis Lausanne. J’ai pu alors me consacrer à l’écriture d’un livre qui me tenait à cœur: la première biographie de Pierre Bergé, le faiseur d’étoile » (Pygmalion) puis travaillé sur un autre projet passionnant, «Ils ont changé le monde sur le Léman» écrit avec Anne Bandle et publié chez Slatkine en 2020.

Carine Rousseau, alors présidente de Plaisir de Lire souhaitait repartir dans son métier d’origine (la banque). Elle m’a proposé de poser ma candidature à la direction de Plaisir de Lire (activité entièrement bénévole), et le Comité de direction et l’Assemblée Générale de Plaisir de Lire m’ont fait l’honneur de l’accepter. Voilà comment a commencé l’aventure! Et alors que je passais l’examen de la naturalisation suisse, j’ai plongé en même temps dans la Constitution fédérale Suisse et les romans phares – «Aline» de C .F Ramuz et du beau catalogue Patrimoine Vivant de Plaisir de Lire.

Qu’est-ce qui vous passionne dans ce métier d’éditrice de livre?

Malgré la constitution de très grands groupes d’édition et la digitalisation du monde, la naissance d’un livre reste au départ très artisanale. Au commencement, il y a toujours une autrice ou un auteur – inconnu ou pas, jeune ou moins jeune, expérimenté ou néophyte, seul derrière un ordinateur avec un brouillon de cent ou trois cents pages.

Deux ans ou dix ans plus tard, ce même texte relu, réécrit peut être des dizaines de fois, se retrouve, par la magie du travail de la maison d'édition (et du comité de lecture, du conseiller éditorial, du correcteur, de l’imprimeur, de l’illustrateur, du transporteur, de l’équipe commerciale de l’Office du livre de Fribourg, du libraire, des programmateurs de festival, etc.), sur la table de chevet du lecteur! Être éditrice pour Plaisir de Lire, c’est imaginer, accompagner puis coordonner toutes ces différentes phases, et c’est passionnant!

Quel est votre livre fétiche?

Impossible d’en choisir un, c’est comme demander à une mère de famille quel enfant elle préfère.  Pardonnez-moi de m’esquiver pour «Venises» de Paul Morand, qui m’accompagne depuis mes seize ans.

Quelles sont les prochaines publications de Plaisir de Lire?

En mai nous proposerons «Sur les traces de mon père» de Francine Crettaz, qui ressuscite le destin de Jules, son vrai papa, instituteur du Val d’Anniviers, mort en 1961 à 38 ans seulement. Au fil du récit, le père, resté dans la tête de l’autrice un monument de glace, se met à fondre, prend des couleurs, se réchauffe, devient humain. Une histoire qui immerge le lecteur dans un climat de patriarcat, de transhumance, de tremblements de terre, mais aussi de joyeuses balades en ski.

«Déranger les morts», un recueil de Nouvelles de Maxime Rutschmann (né en 1997!) qui raconte dix parcours de vie ordinaires ou exceptionnels, prenant part aux événements historiques de leur temps et marquant l’avancée de leur époque. A moins qu’ils ne soient peut-être sortis purement que de l’imagination de leur auteur! À la lectrice et au lecteur de démêler le vrai du faux.

Propos recueillis par Fanny Meyer, déléguée à la politique du livre

La carte d'identité

  • Nom de la maison d’édition: Plaisir de Lire;
  • Année de fondation: 1923;
  • Nombre de collaboratrices et collaborateurs: une administratrice et une conseillère éditoriale rémunérées, épaulées par des bénévoles réguliers - dont 18 au comité de lecture, dirigé par Anna Agazzone;
  • Types d’ouvrages publiés: romans, nouvelles, polars;
  • Nombre d’ouvrages publiés par année: 6;
  • 3 best-sellers: «Le dragon du Muveran» de Marc Voltenauer, «L’enfant du placard» de Tiffany Jaquet, «Larmes de Renard» de Matteo Salvadore.
© Droits réservés

Le coup de cœur

Pour le centenaire de Plaisir de Lire, un Collector a été réalisé : «Si le soleil ne revenait pas» de C.F Ramuz. Cet ouvrage, édité en Suisse et imaginé par le graphiste lausannois Chris Gautschi, est entré au Musée de La Muette, à Pully, maison natale de C.F Ramuz.