La playlist d'Eugène

L’écrivain, qui fut le danseur et coparolier du groupe Sakaryn, partage ses coups de cœur musicaux.

© Droits réservés

Revolution des Beatles, 1968

«Mon oncle me parlait en bien des Beatles. Donc, ça doit être nul (principe d’ado: tout ce que les adultes recommandent ne vaut rien). Jusqu’à ce qu’un copain de classe me fasse écouter Revolution (1968). Les guitares ont déchiré toutes mes certitudes!»

Ecouter Revolution

© Droits réservés

Nouveau western de MC Solaar, 1994

«J’aime tout: le sample de la chanson Bonnie and Clyde de Gainsbourg, les paroles ironiques: «Il entre dans le bar, commande un indien, scalpe la mousse, boit, repose le verre sur le zin ». Et le clip hypnotique signé par le français Stéphane Sednaoui.»

Ecouter Nouveau western

© Droits réservés

Back in black de AC/DC, 1980

«A seize ans, je voulais être Angus! Sa folie scénique m’émerveillait. Un vrai personnage: il s’appelle «Young» et joue en habits d’écolier depuis 40 ans… J’ai vu AC/DC en concert au Palais de Beaulieu, à Lausanne, en 1988. Même avec des boules Quies, mes oreilles ont sifflé pendant une semaine.»

Ecouter Back in black

© Droits réservés

Porque te vas? de Jeanette, 1974

«Quand j’avais treize ans, la chanson est passée une fois à la radio. J’ai a-do-ré. A l’époque pas de YouTube, Spotify ou Wikipedia… Comment savoir le nom de la chanteuse? Dix ans plus tard, par hasard, je suis allé à la cinémathèque voir Cria Cuervos de Carlos Saura. La chanson était dans le film!»

Ecouter Porque te vas?

© Droits réservés

Farniente de Sakaryn, 1991

«Chanson composée par Christian Denisart, dont j’ai écrit les paroles. Elle est sur le premier album de Sakaryn. La chanson a été sélectionnée pour être diffusée sur les radios francophones durant l’été 1991. Farniente a passé au Québec, en France, en Belgique et en Suisse romande. Quelle joie!»

Ecouter Farniente

© Droits réservés

Rhymin & Stealin des Beastie Boys, 1986

Combien de fois ai-je écouté cette chanson  Cinq mille, dix mille fois? A la base, je suis fan de Led Zeppelin. Et tout à coup, un groupe de rap new yorkais utilise l’énorme batterie de When the levee breaks (1971) pour en faire un truc hurleur et jouissif. J’avais 17 ans. Au décibel près, c’était exactement ce qu’il me fallait.»

Ecouter Rhymin & Stealin

© Droits réservés

Come de Jain, 2105

«Je me souviens avoir entendu cette chanson au rayon chaussures de la Coop. J’ai dégainé Shazam et en plein magasin j’ai tendu mon smartphone vers les petits hauts parleurs du plafond. Ses clips sont très inventifs et sur scène, Jain vient toujours avec sa mixette. Pétillante!»

Ecouter Come

© Droits réservés

Ta douleur de Camille, 2005

«Dès la première écoute, j’ai été transporté. Sa voix, le fait que tous les instruments sont reproduits avec la bouche et son côté chamanique: «Je vais prendre ta douleur». J’ai vu Camille en concert à Rome, près d’un petit lac. Un des plus beaux concerts de ma vie.»

Ecouter Ta douleur

© Droits réservés

Ironic de Alanis Morissette, 1995

«Très belle énergie! La structure de la chanson est calquée sur les tubes de Nirvana: des couplets calmes comme l’eau qui dort et des refrains à s’en péter les tympans. Le clip réalisé par Stéphane Sednaoui (oui, encore) met en scène quatre Alanis dans une bagnole américaine.»

Ecouter Ironic

© Droits réservés

Subterranean homesick blues de Bob Dylan, 1965

«Le clip est mythique. Bob Dylan tient un paquet de cartons blancs, sur lesquels il a inscrit certaines paroles. Au fil de la chanson, il les montre, sans faire semblant de chanter. Les mots ont la parole. Cinquante ans plus tard, Dylan reçoit le Nobel de littérature.»

Ecouter Subterranean homesick blues

En relation
Coordonnées

Service des bibliothèques et archives
Direction de la culture et du développement urbain

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

Ecrivez-nous

Facebook
Youtube

Actualités

Bus: tl 18: Port-Franc; tl: Chauderon
Métro: m1: Vigie; m2 Lausanne-Flon
LEB: Chauderon