Un site de la

Colloque - Vert. La ville au naturel ?
10 et 11 novembre 2022 - detail-des-evenements

Le MHL s'associe aux Musée et Jardins botaniques cantonaux et à l'Institut de géographie et durabilité de l'UNIL pour proposer un colloque autour de deux thématiques: «ville & nature» et «arbres: patrimoine urbain». Conférences, tables rondes et soirée de projection ouvertes à tous·tes, au Palais de Rumine.

En France, dès le XVIIe siècle s’est posée la question de l’introduction de la nature végétale dans les villes, motivée par des enjeux sociaux et sanitaires. A quel rythme, sous quelles formes et avec quels moyens les villes ont-elles été végétalisées ? Quelles ont été les limites de ce mouvement de végétalisation ? Quelles questions se posent aujourd’hui autour du patrimoine végétal, et de nouvelles formes de végétalisation répondant à des attentes sociales accrues ?

Humanité végétale est une enquête menée durant 10 ans par Mario Del Curto et publiée en 2019 chez Actes Sud. Elle révèle la nature profondément jardinière de notre planète façonnée par l’Humain mais avant tout par les plantes elles-mêmes qui nous nourrissent, influencent nos vies, nos déplacements, nos actions. Sauvage ou façonné, le jardin évoque une culture, des personnalités ou des savoirs transmis. L’artiste le montre dans toutes ses dimensions : alimentaire, scientifique, ornementale, artistique et politique.

Les toitures végétalisées peuvent rendre divers services : amélioration du microclimat local, gestion de l’eau, protection des matériaux, refuge pour la biodiversité, production de légumes, combinaison avec des panneaux solaires, etc.
Comment les rendre plus respectueuses de l’environnement, tant au niveau des matériaux utilisés que des aménagements en place ? Des exemples seront présentés sur la base de projets menés à HEPIA (Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture) pour comprendre les enjeux et proposer des pistes d’amélioration.

La nature en ville est souvent associée au végétal, au « vert ». Mais la ville est aussi un lieu de vie animale. Des oiseaux à quelques mammifères, la période de pandémie du Covid 19 a particulièrement re-mis en lumière cette vie urbaine. Des plus désirés aux indésirables, nous reviendrons dans cette présentation sur cette vie animale urbaine.

Claude-Alain Künzi (modération), Joëlle Salomon Cavin, Emilie-Anne Pépy, Albertine Roulet, cheffe de projet environnement, ville de Nyon.

Projection de «Ma ville demain» de Marie Montvuagnard, Caroline Dragacci et Mathieu Coffin.
Ce documentaire s’inspire du film «Demain», de Cyril Dion et Mélanie Laurent. En focalisant sur le bassin annécien, il met en avant des personnes qui se sont engagées pour les autres et pour la planète. Partout dans la région, projets, entreprises et associations se développent en quête de mieux vivre et de durabilité. Des citoyens se mobilisent pour créer… Les choses bougent.
Mais comment convaincre tout un chacun de se tourner vers un autre mode de vie? De faire sa part? De raisonner plus «collectif» et pour l’avenir? Annecy, un exemple INSPIRANT pour toutes les villes de France!

Pour ancrer la réflexion au niveau local, le débat mettra en perspective les actions relevées dans le film et celles entreprises dans la région lausannoise avec:
Marie Montvuagnard, co-réalisatrice du film
Gilles Berger, ferme agroécologique de Rovéraz
Béryl Sepulveda, géographe-urbaniste chez Idées 21
Modération: Nicolas Guignard, directeur du Festival Film Vert

Extrait

La Métropole de Lyon développe depuis plus de 30 ans une stratégie destinée à mieux protéger et développer la place de l’arbre et du végétal dans le développement urbain. Depuis quelques années un des axes majeurs de cette stratégie concerne la question de l’adaptation de la ville au changement climatique. Les canicules estivales constituent la principale vulnérabilité de l’agglomération lyonnaise pour les prochaines décennies, et leurs conséquences sur la santé et le bien-être des habitants pourraient-être considérables. Dans ce contexte, l’arbre peut jouer un important rôle de régulateur du climat, aider à lutter contre l’effet « d’ilot de chaleur urbain », et rendre la vie en ville plus supportable pendant les vagues de chaleur. Mais comment imaginer une transformation de la forme de la ville pour devenir résiliente par la présence accrue de nature ? Comment intégrer l’impact de ces changements climatiques sur la végétation elle-même ? Comment mobiliser toutes les énergies du territoire pour mener à bien cette reconquête arboricole de la ville ? Voici quelques une des interrogations auxquelles cette conférence tentera d’apporter des pistes de réponses.

En 2016, quelques mois avant la déferlante éditoriale dédiée aux arbres, les Lausannoises et Lausannois l’ont célébré et élu leur favori à travers une exposition réalisée par le photographe Marino Trotta et présentée au Forum de l’Hôtel de Ville. Retour sur une expérience qui a radicalement changé pour son auteur la manière d’appréhender ses sujets et séduit un public venu nombreux (re)découvrir le patrimoine arboré de sa ville comme il ne l’avait jamais vu.

Le projet NOS-ARBRES a été mené de manière participative dans le but d’identifier les forces et faiblesses du patrimoine arboré à Genève. Celui-ci contribue principalement à la détente, à la connectivité biologique, à l’atténuation des îlots de chaleur et à l’épuration des microparticules dans l’air. Le projet met en lumière les contributions potentielles des nombreuses espèces introduites. Il en découle une recommandation d’augmenter le pourcentage de canopée total (de 21 à 25%) de manière spatialement ciblée.

En partant d’une recherche menée depuis 2015 sur différentes pratiques écospirituelles observées dans des contextes urbains en Suisse, cette présentation propose de considérer la construction d’imaginaires symboliques autour de l’arbre, concret ou abstrait, et son ré-enchantement, néo-animiste ou autre, comme révélant la tension qui travaille l’action environnementale plus généralement, celle entre individualisation sociale et création de liens sociaux et politiques. 

Cécile Guérin, RTS (modération), Frédéric Ségur, Irène Becci, Benjamin Rudaz, chef de la Division "Arbres et Forêts" au service des parcs et domaines de Lausanne, Yves Kazemi, inspecteur des forêts du 18ème arrondissement (canton de Vaud).