La charte des jardins: dix bons gestes

Soucieuse de venir en aide à la petite faune qui peuple nos jardins, cette charte recommande dix pratiques qui favorisent l’installation et la survie d’une flore et d’une faune indigènes riches et variées.

© Benoît Reveney

Jardin privé accueillant pour la flore et la faune indigènes.

Apparue en 2007 dans une commune genevoise, la Charte des Jardins a été officiellement lancée en Suisse romande en 2010, année internationale de la biodiversité. S’adressant aux particuliers comme aux collectivités, elle compte à ce jour plus de mille adhérents romands.

Un brin sauvage avec ses fleurs et ses légumes rustiques, le jardin d’antan était grand, travaillé sans produits chimiques et à la force du poignet. Avec la raréfaction du sol, nos jardins se sont réduits comme peau de chagrin. On les exploite dans leurs moindres recoins à grands renforts d’outils motorisé et de produits phytosanitaires. Ces nouvelles donnes ne conviennent plus à la faune qui a vécu durant des siècles près de nos maisons. On peut, avec des moyens très simples, redonner une chance à ce petit monde. La Charte des Jardins recommande dix gestes bienveillants qui aideront mésanges, hérissons, lézards, écureuils et bien d’autres à se sentir accueillis. Y adhérer c’est s’engager moralement à agir différemment dans son jardin. Vous pouvez agir en toute discrétion, témoigner de votre engagement en affichant l’emblème de la charte et/ou encore vous annoncer auprès du site d’énergie-environnement.

Les bons gestes en dix points
  1. Diminuer les surfaces de tonte au profit d’îlots fleuris;
  2. Préférer des arbustes sauvages indigènes aux thuyas, laurelles et autres espèces exotiques;
  3. Créer des abris pour la faune: tas de branches, de pierres, de feuilles mortes, etc.
  4. Garantir le passage d’un jardin à l’autre pour la petite faune terrestre (hérisson par exemple);
  5. Renoncer aux produits chimiques de synthèse, préférer les traitements naturels;
  6. Limiter l’éclairage nocturne au strict minimum;
  7. Ne pas planter d’espèces exotiques envahissantes (liste noire) et idéalement les éliminer lorsqu’elles sont présentes;
  8. Equiper son chat d’une clochette;
  9. Ne pas remuer tas de branches et de feuilles mortes durant la période de reproduction et d’hibernation; agir selon le règlement communal pour les feux;
  10. Dans la piscine, prévoir une rampe de sortie pour les petits animaux.
© benoît Reveney
Rougequeue noir installé dans un jardin de la chart

Jardins en réseau

Bon nombre d’oiseaux et de mammifères urbains ont des domaines vitaux qui dépassent largement la surface d’une propriété. Celui du hérisson par exemple couvre quatre hectares. La charte encourage les actions collectives regroupant plusieurs jardins dans un quartier. Ces réseaux sont profitables aux espèces plus exigeantes qui navigueront d’une propriété à l’autre. D’autre part, ils étofferont avantageusement le réseau écologique urbain que le service des parcs et domaines s’efforce d’améliorer sur l’ensemble de l’agglomération.

L’emblème de la Charte des Jardins

Toute personne ayant adhéré à la Charte des Jardins peut installer à l’entrée de son jardin la plaquette illustrant la convivialité du site pour la flore et la petite faune indigènes. Ce logo a pour but d’attirer l’attention des passants, et, pourquoi pas, de susciter de nouvelles adhésions. La plaquette est disponible dans divers matériaux à choix. A commander sur le site d’énergie-environnement qui est à l’origine de la charte.

Coordonnées

Service des parcs et domaines
Direction du logement, de l'environnement et de l'architecture

Avenue du Chablais 46
Case postale
1007 Lausanne  

Situer sur le plan

Ecrivez-nous
Site officiel
Tél. +41 21 315 57 15

Accessibilité:
Partiellement accessible en fauteuil roulant Toilettes partiellement accessibles en fauteuil roulant Pas de places de stationnement accessibles