Foire aux questions: les plantages lausannois

Une interrogation sur les plantages? Retrouvez ici les réponses aux questions les plus fréquentes.

Les haricots se sèment lorsque les gelées ne sont plus à craindre et que la terre s’est réchauffée, pour Lausanne cela correspond à la mi-mai et les semis peuvent s’échelonner jusqu’à fin juillet.

En avril sous nos latitudes c’est trop tôt, il faut attendre la fin des Saints de glace et qui correspond à la mi mai, sinon les tomates risquent d’avoir froid, ce qui va bloquer la croissance des plantes et les affaiblir, elles peuvent même périr en cas de gelée.

Le topinambour est un légume particulièrement facile à cultiver, il est vigoureux, il atteint 2 à 3 m de hauteur, et est très résistant. Son seul défaut, il peut être envahissant! Les tubercules se plantent en mars-avril, les plantes ne nécessitent pas de soins particuliers, il se récolte dès octobre au fur et à mesure des besoins. Il peut passer l’hiver en terre sans problème en prenant la précaution de le recouvrir d’un bon paillage. Les tubercules qui restent en terre repousseront l’année suivante et assureront une nouvelle production. Comme le topinambour est une plante envahissante du fait des rhizomes qui se développent facilement, on ne les plante surtout pas au milieu des autres légumes, à qui ils pourraient faire de l'ombre, mais plutôt en bordure de potager.

Souvent considérées comme l’ennemi numéro 1 des jardiniers, les limaces sont aussi particulièrement utiles  dans le recyclage de la matière organique et favorisent par là-même l'assimilation des nutriments dans le sol. Il existe mille et un truc pour combattre les limaces… malheureusement aucun ne donne entièrement satisfaction au jardinier. En tête des meilleures solutions, le ramassage manuel des limaces à la lampe de poche dès la nuit tombée. Autre solution, poser une planche, un carton épais ou une tuile sur le sol entre les cultures, les limaces se réfugieront en-dessous avant le lever du jour, il suffira alors de les retourner en journée pour capturer les limaces. Les 2 méthodes combinées prennent du temps mais donnent de bons résultats. Mettre les limaces récoltées dans le compost pour activer la transformation de la matière organique. 

Les fèves, comme les petits pois, n’apprécient pas les températures caniculaires, raison pour laquelle il faut les semer dès la mi-février et jusqu’à la mi-avril. 

Il faut sarcler le sol sur 5 cm d’épaisseur afin de le décompacter, ensuite il faut mettre du compost sur le sol, 3 à 5 litres par m2, et le recouvrir d’un paillage afin qu’il reste humide et meuble. Les cailloux de petites dimenssions ne sont pas un problème.

Arroser de préférence le matin ou le soir, si possible avec une eau à température ambiante, afin d’éviter autant que possible des chocs de température.

La paille, tout comme le foin, les feuilles et les résidus de tonte, peut être utilisée au potager pour former un paillage d’excellente qualité, à condition qu’elle soit bio. Elle favorise la vie du sol, empêche le développement des herbes indésirables et diminue significativement les arrosages.

Respecter les dates de plantations selon la sensibilité des plantes au climat, choisir des variétés locales adaptées à nos terres et à nos conditions climatiques, préférer les plantons issus de cultures biologiques, respecter les distances de plantation, mélanger autant que possible des espèces différentes, et incorporer entre les plantons des fleurs et des plantes condimentaires pour attirer des pollinisateurs et repousser les parasites. Ne pas planter les espèces sensibles au froid comme les tomates, aubergines, poivrons, concombres, courges, courgettes avant la fin des saints de glace.

Le compost s’utilise après les gels, en mars-avril, 3 litres par m2 est suffisant pour nourrir un sol pendant une année. Il suffit de prélever au fond du bac la matière organique décomposée, et de l’épandre en surface, sans l’enfouir, sur la terre du potager. 

Impossible de considérer les fourmis comme des nuisibles au jardin, tant elles rendent de précieux services au jardinier! Elles dévorent d'innombrables larves, des vers et d'autres parasites des cultures présents dans le sol, elles aèrent la terre par leurs galeries, et enrichissent le sol par leur travail de recyclage des déchets végétaux et animaux. Leur plus grand «défaut» est d'élever des pucerons pour le miellat qu'ils sécrètent, ces mêmes pucerons qui eux occasionnent des dégâts aux plantes. 

Pour éloigner les fourmis des plantes. le plus efficace est de combattre les pucerons qui s'y trouvent au moyen d'une préparation à base de savon noir: 30 ml de savon noir bio dans 1 litre d’eau de pluie, ajouter une cuillère à soupe d’huile d’olive pour éviter la mousse et pulvériser sur les parties atteintes le soir lorsqu’il n’y a plus d’abeilles. Pour les arbres fruitiers, une excellente solution est de planter une plante de Tanaisie au pied de chaque arbre, son odeur repousse les fournis.

Pour combattre les nids de fourmilières dans le potager, épandre sur le nid du marc à café, ça les fera fuir, si le problème persiste, vaporiser un peu d’eau avec du vinaigre.

L’égopode, ou herbe aux goutteux, est très réputée pour soulager les crises de goutte. Elle s’utilise aussi en cuisine, les jeunes feuilles tendres se mangent crues en salade, les plus âgées, délestées de leur pétiole coriace, se cuisent et s’utilisent dans de nombreuses recettes.

Malheureusement c'est une plante qui peut devenir très envahissante, émettant des racines nombreuses et profondes, blanches et cassantes. Elle se reproduit par ses racines et aussi par ses graines. Le seul moyen pour lutter contre cette plante est l’arrachage manuel, en prenant garde d’enlever un maximum de racines en s’aidant d’une triandine ou d’une grelinette ou d’un outil similaire. Attention, un tout petit morceau de racine oublié redonnera une nouvelle plante. Et comme elle se reproduit aussi par les graines, il faut dans tous les cas impérativement couper les hampes florales avant la maturité des graines.

Coordonnées

Service des parcs et domaines
Direction du logement, de l'environnement et de l'architecture

Avenue du Chablais 46
Case postale
1007 Lausanne  

+41 21 315 57 15
Ecrivez-nous

Accessibilité:
Partiellement accessible en fauteuil roulant Pas de places de stationnement accessibles