Actualités municipales
30.12.2008

Futur tram lausannois: Choisir un tracé dans la sérénité

Communiqués

Dans un article paru le 29 décembre 2008, des informations fausses et tronquées laissent croire à une polémique entre autorités de la Ville et du Canton pour la réalisation de la branche Nord du futur tram de l'agglomération lausannoise. La Municipalité réaffirme sa position consistant à attendre le résultat des études en cours avant de se déterminer en faveur de l'une ou l'autre des variantes possibles. Elle souligne que le Conseil d'Etat est compétent pour prendre cette décision, attendue au printemps ou à l'été 2009. Quel que soit cette décision, la Municipalité s'y ralliera et la soutiendra, jusque devant le peuple si nécessaire. Elle ne saurait s'associer à une quelconque menace de référendum brandie par certains milieux. Enfin, la Municipalité appelle à la retenue dans le traitement de ce dossier qui doit être concrétisé dans les meilleures conditions après le soutien que la Confédération envisage de lui accorder.

Dans un article intitulé «Polémique - Daniel Brélaz persiste à vouloir détourner le tram par Beaulieu», le quotidien 24 Heures daté du 29 décembre 2008 a diffusé des informations inexactes et tronquées qui amènent la Municipalité à préciser sa position sur la question du futur tram appelé à desservir le Nord lausannois.

En premier lieu, la Municipalité se réjouit de la décision de la Confédération d'accueillir favorablement le projet d'agglomération Lausanne - Morges (PALM) et de lui attribuer des subventions importantes, à hauteur de 40% des coûts de réalisation, en particulier pour les futurs axes forts (tram). A ce titre, la Confédération propose de réserver 73.9 millions de francs pour la première étape (Renens - place de l'Europe) et 51.9 millions pour la deuxième étape (dès 2015) (place de l'Europe - Rionzi). Il s'agit là d'une excellente nouvelle pour le projet et pour l'agglomération lausannoise, dont le projet a été favorablement apprécié par la Confédération.

Contrairement à ce qui est indiqué dans l'article, le tracé du tram n'est nullement défini pour ce qui concerne sa deuxième étape, les études actuellement en cours devant précisément permettre de trancher entre les deux variantes en compétition, par Saint-Martin et la Borde ou par Beaulieu en analysant les défauts et avantages de chacune. Bien plus, les coûts à envisager pour ces deux variantes ne sont à l'heure actuelle pas précisés, devant eux aussi faire l'objet d'appréciations détaillées pour chacun des tracés.

Par ailleurs, la Municipalité de Lausanne a unanimement défini sa position quant au processus en cours: elle entend laisser le temps aux études complémentaires nécessaires d'aboutir , d'ici le printemps ou l'été 2009, avant de se déterminer définitivement. Le résultat de ces études, intégrant des facteurs liés aux transports, à l'aménagement et au développement de la Ville, à la stratégie de développement de la Municipalité, aux effets secondaires du tram (reports de trafic), aux conséquences financières, aux impacts socio-économiques et au réaménagement urbain, permettra de se prononcer en faveur de l'une ou l'autre variante. D'ici là, la Municipalité n'entend pas privilégier l'une ou l'autre solution, préférant, pour ce faire, disposer de l'ensemble des éléments pertinents. La Municipalité rappelle aussi que c'est le Conseil d'Etat qui est compétent pour prendre la décision finale , après concertation avec les communes concernées. A ce jour, le Conseil d'Etat n'a pas pris position sur la question, hormis des avis personnels exprimés par certains de ses membres, attendant lui aussi, comme la Municipalité, le résultat des études techniques. La Municipalité rappelle aussi qu'elle entend accorder la priorité à la réalisation du tram , quelle que soit la décision du Conseil d'Etat sur le tracé en direction du Nord. Elle s'y ralliera et soutiendra la variante définitivement retenue. Face à la menace de référendum brandie par certains milieux, la Municipalité souligne très clairement qu'elle ne s'associera en aucune façon à un possible référendum; au contraire, elle défendra la réalisation du tram, jusque devant le peuple, quelle que soit la variante retenue par l'Etat. Il appartient à la Municipalité d'évaluer les risques politiques liés au choix des variantes et de mettre en garde contre l'éventualité d'un refus populaire du projet, mais en aucun cas de soutenir ou de cautionner de telles démarches qui ne pourraient qu'être néfastes à l'agglomération.

S'agissant de Beaulieu, la Municipalité rappelle l'importance économique du site pour toute l'agglomération lausannoise. Les investissements réalisés et projetés à Beaulieu soulignent ce facteur et marquent la volonté de moderniser Beaulieu et de rendre cet équipement plus compétitif. Dans ce cadre, il est logique de rechercher les meilleurs moyens de desservir le site de Beaulieu par les transports publics mais, encore une fois, sans exclusive quant au moyen de transport à envisager à cet effet et sans faire du passage du tram par Beaulieu une condition essentielle ou préalable à la réalisation des axes forts.

La Municipalité rappelle aussi que la densification du quartier de la Pontaise - Blécherette est la condition indispensable à la réalisation de la branche Nord du tram. Un tel investissement ne se justifie que si ce moyen de transport est appelé à desservir une zone densément habitée et regroupant aussi des emplois, faute de quoi sa rentabilité serait insuffisante. Ce constat est quant à lui indépendant de toute autre considération concernant le tracé. La réalisation du tram est un atout important pour la future densification de la Blécherette mais celle-ci est aussi une condition indispensable à la réalisation du tram.

Pour conclure, la Municipalité appelle au calme et à la retenue dans ce dossier dont l'échec serait extrêmement grave, pour la Ville comme pour l'agglomération. Elle souligne que son attitude va dans cette direction, contrairement à ce que pourrait laisser croire l'article paru récemment. Elle souhaite que ce projet essentiel pour le développement de la Ville ne fasse pas l'objet de spéculations infondées.

Pour information
Coordonnées

Bureau de la communication
Secrétariat général CD

Escaliers du Marché 2
Case postale 6904
1002 Lausanne

Situer sur le plan

Ecrivez-nous
Tél. +41 21 315 25 50

En relation