Politique

Des tables plus intimes

L’association Lausanne à Table propose près de 30 événements jusqu’à la fin de l’année. Un programme réajusté en raison de la pandémie Covid-19. Les explications d’Elise Rabaey, directrice.

© LDD
Elise Rabaey
Comment avez-vous composé le programme malgré les incertitudes?

Elise Rabaey: Comme tout le monde, nous avons dû jongler et improviser! D’abord en annulant les grandes manifestations, puis en réinventant notre programme, avec des rendez-vous intimistes et festifs. Les événements sont plus petits, sur inscription. Les tables éphémères, par exemple, sont réservées aux mêmes cercles d’amis ou aux familles. Même s’il est plus court, nous en sommes fiers. Nous avons vraiment fait notre maximum pour soutenir et valoriser les acteurs du goût, qui ont été très impactés par la crise, et nous sentons que le public est au rendez-vous; cela nous réjouit!

Evidemment, nous continuons à suivre attentivement l’évolution de la situation et ne manquerons pas d’ajuster notre programme au fur et à mesure. Mais nous sommes ravis d’avoir pu maintenir cette édition et nous nous réjouissons de la voir se concrétiser!

Faut-il se dépêcher de s’inscrire?

Afin de laisser une chance à toutes et tous, beaucoup d’inscriptions ouvriront au fur et à mesure, dans les prochains mois. Certains événements, comme la Fondue d’automne dans le parc de Valency fin septembre, ne requiert pas d’inscription. Certes, les places seront limitées, mais les gens pourront décider le jour même d’y participer.

AM