Social

Un début d’hiver à l’Etape Saint-Martin

A l’entrée de l’hiver, les hébergements d’urgence sont fortement sollicités. Le point avec Lucien Voutat, responsable de l’Etape Saint-Martin.

© Mathile Imesch - Ville de Lausanne

Lucien Voutat devant l’entrée de l’Etape Saint-Martin.

La Ville et ses partenaires renforcent leur dispositif durant l’hiver. Deux structures s’ajoutent au dispositif: le Répit, un accueil de nuit de 100 places, et un autre hébergement d’urgence de 42 places, ouvert cette année à la rue de la Borde 47. Au total, 240 lits et 36'000 nuitées sont offerts aux sans-abri.

Comment se passe l’accueil des bénéficiaires?
Lucien Voutat: Les veilleuses et veilleurs arrivent à 20h30, afin de faire la mise en place. Il s’agit de préparer la collation, pré-remplir l’attribution des lits en fonction des départs et arrivées du jour, imprimer la feuille des présences et prendre connaissance du journal de bord.

Les portes ouvrent à 21h. L’équipe accueille les bénéficiaires qui ont une réservation, leur affectent un lit, leur donnent des draps, ainsi qu’un linge et des produits d’hygiène.

Les places libres sont ensuite attribuées aux personnes arrivées sans réservation. C’est le moment le plus délicat, car le nombre de places est généralement inférieur aux personnes qui attendent. C’est une source de frustration et d’énervement. Le professionnalisme de nos équipes fait que la situation ne dégénère pas.

La soirée se poursuit en répondant aux demandes des bénéficiaires et en leur apportant une aide dans leurs démarches administratives. C’est également l’occasion de partager un moment et tisser des liens.

Le réveil se fait à partir de 06h45. Le petit déjeuner est servi jusqu’à 07h45. Ensuite les bénéficiaires doivent quitter la structure pour 8h. Les veilleuses et veilleurs terminent leur «journée» après avoir complété le journal de bord et préparé la structure pour les suivantes et les suivants.

Propos recueillis par YR