1. La gare de Lausanne

Notre périple commence à la gare de Lausanne où Pierre de Coubertin est arrivé pour la première fois sans doute en 1906. C’est cette année-là que fut ouvert le tunnel du Simplon qui facilite le passage de la France à l’Italie, une destination favorite de Coubertin.

© Christof Sonderegger
Gare de Lausanne

C’est aussi par Lausanne qu’il découvre le Pays de Vaud, terre de son ami le baron Godefroy de Blonay qui l’invite dans ses châteaux. C’est à cette époque que Coubertin décrète dans un article de la Revue olympique que la Suisse est la «reine des sports», qu’il commence à découvrir la Romandie et qu’il songe à y établir un siège permanent pour le mouvement olympique.

La gare de Lausanne (qui a été entièrement reconstruite de 1911 à 1916) est toujours le point d’arrivée de nombreux visiteurs qui visitent la «Capitale olympique», titre attribué par le CIO à Lausanne en 1994. Aujourd’hui, la gare porte fièrement les anneaux olympiques dessinés par Coubertin en 1913.