Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Partager

Les cours d'eau

100km de cours d’eau parcourent le territoire lausannois. Ils sont organisés en réseau selon la topographie locale et drainent un secteur défini, appelé bassin versant. On en dénombre six sur la commune.

Le cas lausannois a, de plus, la particularité, de se situer à cheval entre deux grandes régions hydrographiques: le bassin versant du Rhône et celui du Rhin. C’est-à-dire que les cours d’eau lausannois s’écoulent dans deux directions opposées. Le Talent et la Bressonne drainent l’extrême nord de la commune (Bois du Jorat) et cheminent ensuite via le lac de Neuchâtel, puis le Rhin vers la mer du Nord. Le reste du réseau, réparti entre la Chandelar (Paudèze), la Vuachère, la Louve et la Chamberonne, s’écoule via Le Léman, puis le Rhône jusqu’à la Méditerranée.

Historiquement et face à l’accroissement de la Ville, les cours d’eau ont été plus au moins aménagés au cours des deux derniers siècles afin de gagner en surface à bâtir et lutter contre les crues. Des mesures légères, tels que la consolidation des berges, ou plus importantes, comme la mise sous terre, ont été réalisés selon les secteurs. Le cas le plus extrême étant les anciens tracés du Flon et de la Louve, entièrement enterrés et actuellement utilisés comme évacuation des eaux usées. Les eaux de la rivière du Flon sont actuellement dérivé par une conduite dans la Vuachère entre l’usine de Tridel et Chailly, et celle de la Louve depuis le quartier de la Borde jusqu’au Léman.

Qualité des cours d’eau

Afin de contrôler l’état de santé des cours d’eau lausannois, le Service de l’eau procède à un suivi chimique et biologique annuel de ces milieux. Une trentaine de stations chimiques et une dizaine de stations biologiques quadrillent ainsi le territoire. La biologie est définie en étudiant la diversité et la quantité d’organismes peuplant le fond de lit, appelée macrofaune. En fonction de leur présence et/ou absence, il est possible de définir si la rivière a subit des perturbations importantes sur plusieurs mois. Aussi, l’indicateur biologique (IBCH, issu de la méthode fédérale Macrozoobenthos-niveau R) très représentatif de la qualité des cours d’eau car il a l’avantage d’intégrer l’ensemble des perturbations survenues sur plusieurs mois, ce que ne peuvent faire les prélèvements chimique ponctuels.

Globalement, les cours d’eau urbains sont plus dégradées que ceux situés en zone forestière. Les premiers étant exposés aux polluants de chaussée, de toiture et même aux rejets non maîtrisés d’eaux usées. Le Service de l’eau met en œuvre des méthodes permettant d’identifier et résoudre ses pollutions afin d’améliorer la qualité des cours d’eau et les conditions environnementales des espèces qui en dépendent.

Les cours d’eau, lacs et étangs sont des milieux particulièrement riches en espèces et constituent une composante importante de l’infrastructure écologique lausannoise. Or, ces derniers ont payé un lourd tribut de l’urbanisation: 34% des cours d’eau ont une morphologie altérée ou sont enterrés. Ils ne remplissent donc plus à leur fonction de liaison biologique.

Pour prendre connaissance des résultats les plus récents, consultez la carte de la qualité biologique, chimique et écomorphologique des cours d'eau.

Coordonnées

Service de l'eau
Direction de la sécurité et de l'économie

Rue de Genève 36
Case postale 7416
1001 Lausanne

Numéro en cas d'urgence:
+41 21 315 93 94

Accessibilité:
Non accessible en fauteuil roulant Toilettes non accessibles en fauteuil roulant Place de parc accessible en fauteuil roulant