Edition 2015

Le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne 2015 a été attribué à Sébastien Meier pour son roman Les ombres du métis (Zoé).

Pourquoi le polar?

Longtemps spécialité américaine, le polar s’est fortement développé en Europe, notamment en France et en Scandinavie. Depuis quelques années, la Suisse romande est aussi devenue un territoire constellé de cadavres et d’énigmes à résoudre. Désormais, pas mal d’auteurs imaginent des scènes de crime sous leurs fenêtres. Des éditeurs ont même choisi de consacrer une collection au genre, voire carrément de le revendiquer comme une spécialité «maison». Et les lecteurs sont ravis de découvrir des inspecteurs plus ou moins fréquentables qui enquêtent dans un cadre qui leur est familier. Le crime n’a décidément pas de frontières!

La sélection des ouvrages

Pour son premier millésime, le Prix Lilau – lire à Lausanne a donc choisi de s’intéresser à la production du polar dans nos contrées. Résultat? Une riche moisson (une bonne vingtaine de titres parus en 2013 et 2014), pleine de surprises et de tonalités différentes qui a permis d’établir une sélection de 6 ouvrages.

Le lauréat, Sébastien Meier

© Yvonne Böhler

«De la même manière, je peine encore à dire pour quelle raison cette histoire-là, qui n'est finalement qu'une histoire d'amour, a fini avec autant de morts et dans le genre polar».

L'auteur

Né en 1988 dans le canton de Vaud, Sébastien Meier s'intéresse tôt à la littérature. A 21 ans, il fonde Paulette Editions, petite entreprise où il publie une quinzaine d'ouvrages. En parallèle, il continue son travail d'écrivain et d'auteur de théâtre. En 2011, il co-fonde un collectif des arts de la scène, le Collectif Fin de moi, avec lequel il signe plusieurs mises en scènes. Les ombres du métis, sorti en 2014 aux Editions Zoé, est son premier polar. Il vit à Lausanne.

  • Sélection Prix Lilau 2015: Les ombres du métis, éditions Zoé, 2014.
Le mot de l'auteur

Les ombres du métis marque une transition particulière dans mon processus d'écriture. Je serais incapable de décrire les conditions réunies autour de sa création, ni aucune réflexion qui l'aurait précédé – car il n'y en a pas eu.

L'histoire de Paul Bréguet a été écrite selon une méthode anarchico-impulsive à laquelle j'ai longtemps été fidèle. Je ne savais pas ce que je faisais. De la même manière, je peine encore à dire pour quelle raison cette histoire-là, qui n'est finalement qu'une histoire d'amour, a fini avec autant de morts et dans le genre «polar». Et je ne suis pas certain qu'il soit nécessaire de creuser la question. Toujours est-il qu'un heureux hasard – ou heureux inconscient, à choix – m'a conduit vers ce genre dont j'ai dû apprendre les codes, les exigences, et dans lequel j'ai découvert une liberté nouvelle.

M'y voici désormais. Les ombres du métis reste le point de départ d'une aventure extraordinaire. Je vis avec Rossetti, Bréguet, Crosier ou Mourrier – ce dernier a d'ailleurs connu quelques aventures théâtrales. Ces personnages continuent de peupler mon univers. Ils se meuvent et se modulent au fil de mes pensées. Je les écris et ne pense pas les lâcher de sitôt. Eux non plus, cela dit, n'ont pas l'air de vouloir me lâcher de sitôt. Et je me rends compte que mes romans ne seront sans doute pas des entités complètement autonomes, mais s'inscriront dans un mouvement peut-être plus général».

Les nominés

Mary Anna Barbey
© Mary Anna Barbey
  • Sélection Prix Lilau 2015: Swiss Trafic, éditions des Sauvages, 2013.

Ecrivaine romande de langue française, Mary Anna Barbey est née aux États-Unis, à Durham (Caroline du Nord). Elle a passé son enfance dans le Connecticut, puis rejoint Vassar College, dans l'État de New York, où elle obtient une licence en philosophie. Aujourd'hui, elle vit entre la Suisse, la Provence et l’Ile Maurice.Son premier livre, Éros en Helvétie, a paru en 1981 aux Editions Bertil Galland. En tout, dix livres ont paru sous sa plume, dont le best-seller Nous étions deux coureurs de fond. Ses deux derniers titres ont été publiés aux Editions des Sauvages.

Michaël Perruchoud
© Charly Rappo
  • Sélection Prix Lilau 2015: Le garçon qui ne voulait pas sortir du bain, éditions Faim de siècle & Cousu mouche, 2013.

D’origine valaisanne, Michaël Perruchoud est né en 1974 à Genève. Ecrivain et chanteur, il touche à plusieurs genres: le roman, le théâtre et la chanson. En 2002, avec Sébastien Couture et Olivier Humbel, il lance le site Cousu Mouche, consacré aux arts sous des formes très diverses. Michaël Perruchoud publie son premier roman, Crécelle et ses brigands, auprès de l'éditeur Faim de siècle, installé à Fribourg. Plus tard, il rejoint L'Âge d'Homme.

Frédéric Jaccaud
© C. Hélie / Gallimard
  • Sélection Prix Lilau 2015: Hécate, éditions Gallimard, 2014.

Né en 1977, titulaire d'une licence ès Lettres, ancien sous-titreur TV, devenu conservateur des collections de la Maison d'Ailleurs, Frédéric Jaccaud porte un intérêt particulier pour la culture des marges et la littérature dite de mauvais genre. Fasciné par la folie et les œuvres limites, sous l'influence d'auteurs éclectiques tels que Bataille, Artaud, Ballard et Burroughs, il écrit depuis une dizaine d'années des articles, des nouvelles et des romans.

Bastien Fournier
© Kamal Parsi-Pour
  • Sélection Prix Lilau 2015: L'assassinat de Rudolf Schumacher, éditions de l'Aire, 2014.

Bastien Fournier est né en 1981. Il a publié ces dix dernières années une demi-douzaine de romans, dont Salope de pluie (L'Hèbe, 2006) et Pholoé (L'Aire, 2012). Il est également l'auteur de plusieurs pièces de théâtre publiées et jouées. L'une a paru récemment en traduction polonaise (Sur un pont par grand vent, Lansman, 2010), et la dernière, La Suppliante, devrait être éditée cet hiver et créée en 2016. Son travail d'écriture lui a valu plusieurs prix et bourses, dont le prix d'encouragement de l'Etat du Valais, le prix culturel de la Ville de Sion et la bourse d'écriture littéraire Pro Helvetia. Il vit à Vevey. L'Assassinat de Rudolph Schumacher est son neuvième opus.

Joseph Incardona
© M. Shorro
  • Sélection Prix Lilau 2015: Misty, éditions Baleine, 2013.

Joseph Incardona est né en 1969, de père sicilien et de mère suisse. Double national, il a appris très tôt à se méfier de Berlusconi et du secret bancaire.

Inconstant, angoissé, maniaco-obsessionnel, hypocondriaque, il a les qualités de ses défauts.

Multipliant les changements d'adresses et les réexpéditions de courrier, il fait sien l'adage voulant que «celui qui a le cul entre deux chaises n'a pas besoin de chaise». Il est écrivain, scénariste et réalisateur. Il vit à Genève comme on vivrait dans un hôtel.

Coordonnées

Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne
Service des bibliothèques et archives

Place Chauderon 11
1003 Lausanne  

Ecrivez-nous
www.facebook.com/signelausanne