Recrutement – Foire aux questions

Les questions fréquemment posées concernant le recrutement des futur·e·s policier·ère·s.

Profil des candidat·e·s

Les conditions de profil sont décrites dans notre page «Formation aspirant·e de police»

Le dépôt du dossier peut se faire à 19 ans mais le début de l’école doit être fait dès 20 ans. Toutefois toutes les autres conditions doivent être remplies (service militaire ou civil achevé, formation, etc.).

La limite maximale a été fixée à 32, mais il est possible de postuler. L’analyse de votre profil déterminera l’acceptation ou non du dossier.

Oui, la formation initiale est un prérequis (CFC, maturité ou école de culture générale).

Oui, actuellement, la condition de service militaire n’est plus exclusive. Cependant, si le/la candidat·e est défini·e comme apte, il/elle doit avoir accompli son service. Les raisons du choix sont analysées dans le cours du processus.

Faire son service militaire peut être une plus-value. Cependant l’accomplissement d’un tel service n’est plus obligatoire dans le processus de recrutement.

Non. La nationalité suisse doit être obtenue avant le début de l’école (entrée à l’Académie).

La catégorie B (voiture de tourisme) est obligatoire.

Aujourd’hui les restrictions de domicile n’existent plus. Cependant, il s’agit de prendre en considération les temps de déplacement (repos) ainsi que les services d’astreinte ou piquet avec un temps de déplacement limité en conditions normales de trafic.

La postulation peut se faire pour autant que le/la candidat·e dispose de la nationalité suisse (ou est binational·e). Cependant, il s’agira d’achever les années de formation et de réussir les différents examens (brevet fédéral suisse).

Procédures de postulation

La date fixée pour la police de Lausanne est le 15 novembre 2021. Toutes les informations se trouvent sur le site www.devenir-policier.ch

Une fois le dossier déposé, il est analysé. Une réponse sur la validation des prérequis nécessaires est rapide. Une  convocation aux tests de connaissance est ensuite envoyée. Ces derniers sont organisés régulièrement dès le 20 août 2021.

Tatouages

Oui moyennant certaines restrictions. Ils sont cependant proscrits sur la tête, la nuque soit au-dessus du col et sur les mains. Les motifs peuvent également faire l’objet de restrictions.

Examens et protocoles de sélection

En lisant, en faisant les tests à blanc, en prenant des cours.

Connaissance de l’orthographe, de la grammaire et rédaction de dissertations

L’entretien avec un·e psychologue a pour but d’évaluer l’équilibre et la stabilité émotionnelle des candidat·e·s. Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises réponses. Le meilleur moyen de bien s’y préparer et de connaître et d’être soi-même.

La visite médicale pour la police de Lausanne est prise en charge par l’employeur, soit la Ville de Lausanne. Par conséquent, seules les personnes ayant terminé le parcours de recrutement sont consultés par notre médecin conseil.

Il s’agit d'exercices pour mesurer les aptitudes logiques, verbales et numériques des candidat·e·s. au moyen des suites logiques, de chiffres, d'images, de formes et d’exercices de déduction.

Formation

Pour être policier·ière, il est indispensable d’avoir le brevet, c’est-à-dire de passer par une formation reconnue de policier dans l’un ou l’autre des centres de formation suisse.

Informations sur les métiers de policier·ère·s

Pour les personnes intéressées à postuler nous organisons régulièrement des soirées d’info en période de recrutement (voir les dates su notre site internet) ; l’inscription est obligatoire.

La police est présente également au Salon des métiers ou lors d’autres événements publics.

La police de Lausanne n’organise pas de stage d’immersion et ce pour des raisons légales et de sécurité. Des soirées d’information sont organisées en période de recrutement.

La brigade canin fait partie des unités spéciales L’accès à cette brigade se fait uniquement sur concours. Il faut avant tout passer plusieurs années au sein d’un service d’intervention (police-secours, proximité, circulation, etc.).

La police travaille 24h/24. Les horaires irréguliers nécessitent certaines adaptations de l’organisation personnelle. Cependant, cela est tout à fait possible pour maintenir un équilibre et une certaine hygiène de vie.

Informations sur la division de la Police judiciaire

Les missions de la Police judiciaire regroupent le travail d’investigation, de contrôle, d’intervention et de rédaction lorsque des délits ou des crimes ont été commis, ainsi que le travail de prévention pour éviter leur survenance. Elle agit par délégation des magistrats ou de son propre chef. Elle intervient sur l’ensemble du territoire lausannois et collabore avec les corps de polices suisses et étrangers.

La Police judiciaire est composée de plusieurs brigades dirigées par un·e officier·ère et un·e sous-officier·ère supérieur·e. Chaque semaine et pour une durée de sept jours (24/7), des inspecteur·trice·s sont de permanence et assurent la prise en charge urgente des affaires judiciaires.

L'inspecteur·trice travaille toujours en civil. Il/elle récolte et analyse les traces, les indices, les preuves et les témoignages afin d'identifier les auteurs. Il/elle prend en charge les victimes, les renseigne, les oriente et enregistre leurs plaintes. Il/elle a la responsabilité de localiser et d’interpeller les auteurs, parfois en collaboration avec les unités spéciales, puis d’auditionner les personnes impliquées et déférer l'affaire au Ministère public.

En fonction de l'affectation, les domaines d'activités sont:

  • Infractions contre le patrimoine
  • Crime et délit contre l'intégrité physique
  • Consommation et trafic de stupéfiants
  • Infractions commises par des mineur·e·s
  • Infractions aux mœurs
  • Coordination du renseignement judiciaire
  • Soutien technique et analyse criminelle
  • Surveillance
  • Gestion de la zone de rétention police
  • Accueil des victimes de violence

En cours de carrière et selon son intérêt ainsi que les besoins du service, l'inspecteur·trice est amené·e à œuvrer au sein des différentes entités de la Police judiciaire.

  • Appui technique aux brigades d'enquêtes
  • Recherche, extraction et sauvegarde de traces numériques
  • Gestion de la zone de rétention
  • Analyse criminelle opérationnelle
  • Renseignement judiciaire et stratégique
  • Investigation nominative
  • Surveillance de personnes suspectées de commettre ou avoir commis un crime ou délit
  • Interpellation en flagrant délit de tout auteur d'infraction
  • Recherche de personnes signalées
  • Recherche de renseignement sur les phénomènes criminels émergents et les groupes d'auteurs

Elle lutte contre:

  • le deal de rue
  • le trafic en réseau organisé
  • Lutte contre:
    • Crimes et délits contre l'intégrité et l'honneur
    • Brigandages
    • Crimes et délits sexuels
    • Exhibitionnisme
    • Extorsion et chantage
    • Pédophilie et cyber pédophilie
  • Procède aux auditions des victimes selon les normes de la loi sur l'aide aux victimes (LAVI)
  • S'occupe des levées de corps

 

Elle lutte contre:

  • Cambriolages
  • Vols en tout genre
  • Délits astucieux (skimming, rip deal, vols à l'astuce, escroquerie…)
  • Abus de confiance, gestion déloyale
  • Cyber escroqueries
  • Incendies intentionnels
  • Lutte contre la délinquance des mineurs et jeunes adultes
  • Prévention de la délinquance juvénile en partenariat avec les écoles
  • Prévention par la mise en place de services dans les quartiers ou secteurs sensibles et criminogènes
  • Gestion et prévention de la menace

Oui ! Après quelques années de service, il est possible de postuler à la Police judiciaire. Toutefois, le transfert n'est pas garanti et le nombre limité.

Coordonnées

Entité Carrières
Corps de police

Rue St-Martin 33
1002 Lausanne  

+41 21 315 35 18
Ecrivez-nous

Lundi-vendredi: 08h30-11h30, 13h30-16h30

Bus: tl 7, 8: Tunnel; tl 7, 22, 60: Place du Nord