Forêt lausannoise

Les 1'882 hectares de forêts lausannoises sont gérés et exploités par 32 collaborateurs internes, appuyés par une petite vingtaine de collègues d’entreprises privées.

© Régis Colombo – diapo.ch

Sur ces 1'882 hectares, 1'500 sont situés sur le territoire communal. Les autres se répartissent aux quatre coins du canton; du Jura (Les Amburnex à proximité du Marchairuz) aux Préalpes (hauts de Montreux) en passant par le Plateau.

La préoccupation constante des gestionnaires est d’appliquer les principes d’un développement durable: préserver une nature composée d’écosystèmes riches et variés, maintenir des postes de travail capables de produire des bois de qualité aux meilleurs coûts, mais aussi garantir un lieu de délassement et d’activité physique pour les habitants de la région. Afin d’atteindre ces buts, le service des parcs et domaines a renoncé à l’utilisation des produits phytosanitaires, et ne recourt qu’à la régénération naturelle pour assurer le renouvellement de ses forêts. Une gestion forestière labellisée FSC depuis 2004.

En chiffres

  • 55% du volume sur pied composés de résineux, les feuillus représentant le reste, selon l’inventaire de 2004.
  • 15 à 20’000 m3 de bois commercialisés, répartis entre feuillus et résineux à parts égales. La proportion de bois de service (construction, ameublement, etc.) est de 60% sur l’ensemble des assortiments produits.
  • De l’eau pure (5% de l’eau bue et utilisée à Lausanne vient des sources forestières joratoises).
  • De l’oxygène pour assurer une saine respiration aux 300'000 habitants de l’agglomération lausannoise.
  • Un espace de délassement et de ressourcement dans et aux portes de la Ville.
  • Un paysage préservé, refuge pour des milliers d’espèces végétales et animales.
  • Une cinquantaine de postes de travail du secteur primaire.

En dates

1140: Première trace écrite du mot Jorat dans un document de l’Evêque de Lausanne qui délimite les biens qu’il concède à des moines. Début des travaux de défrichement.

1776: Adoption du premier règlement forestier lausannois. C’est la première fois qu’est mise noir sur blanc la question de la culture du bois et de la gestion des forêts.

1817: Lausanne acquiert les Bois de Sauvabelin.

1876: Premières plantations d’essences exotiques dans les forêts lausannoises. On en comptera jusqu’à 56 différentes.

1982 – 6 et 7 novembre: Tempête de foehn dans le Jorat: 60'000 m3 de bois fauchés par les bourrasques.

1987: Mise en eau de l’étang de la Bressonne, à proximité du Chalet-à-Gobet.

1988: Acquisition de la forêt du Désert.

1992: Début de l’accueil des classes en forêt. Tempête du 25 octobre: 15'000 m3 de bois fauchés.

1993: Lausanne obtient le prix Binding récompensant une gestion exemplaire de ses forêts.

1999 – 26 décembre: L’ouragan Lothar traverse la Suisse. 35'000 m3 de bois sont fauchés dans les forêts lausannoises.

2002: Lausanne abandonne les plantations dans ses forêts et privilégie le renouvellement naturel.

2003: Inauguration de la Tour de Sauvabelin. Elle contemple Lausanne du haut de ses 35 mètres construits uniquement avec du bois de provenance locale.

2011: Création du Service des parcs et domaines, issu de la fusion de FoDoVi (forêts, domaines et vignobles) et SPP (service des parcs et promenades).

Address

Forêts
Service des parcs et domaines
Accueil

Route des Corbessières 4
1000 Lausanne  26

+41 21 315 57 15
Contact us by email