Forêts du Jorat

Le Jorat est le plus grand massif forestier de plaine en Suisse. Lausanne possède 1’350 hectares de ces forêts qui dominent la ville. Pour les habitants de la région, c’est l’évasion au pas de la porte.

© Régis Colombo – diapo.ch

Le Jorat partage avec le Jura la même racine linguistique celte. Elle désigne une hauteur boisée. Difficile de trouver meilleure description de ces forêts car c’est ici que le territoire lausannois atteint son altitude la plus élevée, à 929,2 mètres. Vous ajoutez à cela des précipitations assez fréquentes et vous obtenez les conditions idéales pour le développement d’une forêt composée majoritairement de sapins et de hêtres. Mais des siècles d’exploitation ont intronisé l’épicéa comme essence dominante.

© Mémoire Vive
Couverture de l'édition 2011
Mémoire Vive

Depuis sa création, en 1992, la revue Mémoire Vive permet de diffuser les nouvelles connaissances archéologiques et historiques sur Lausanne et sa région.

L'édition 2011 vous ouvre les portes d'une forêt exceptionnelle aux portes de Lausanne et vous présente cet espace comme il a rarement été donné à voir, grâce à une iconographie inédite.

De l’eau dans la forêt

Le Jorat est une terre d’eau. D’innombrables ruisseaux et rivières y prennent leur source et on dénombre plus de cinquante zones humides. Depuis plusieurs années, Lausanne s’efforce d’ailleurs de recréer de nouveaux marécages forestiers sur son territoire. Des décennies de drainage ont en effet mis à mal ces biotopes représentatifs de la région et particulièrement riches en biodiversité.

Fini les plantations

Avec l’entrée dans le nouveau millénaire, Lausanne a tourné le dos aux plantations et mise désormais sur la régénération naturelle. Le travail du forestier consiste désormais à laisser de la place aux jeunes arbres pour s’épanouir, à prélever le bois vieillissant et à encourager la mixité de l’âge et des essences. C’est ce que l’on appelle la forêt jardinée: une forêt plus diversifiée est souvent plus résistante aux maladies et aux intempéries. Les forêts lausannoises sont ainsi également mieux préparées à accueillir le public qui se fait de plus en plus nombreux sur les chemins. On estime à environ 1,5 million le nombre de visites annuelles dans les bois du Jorat.

© Régis Colombo – diapo.ch
Etang de Bressonne
Des étangs dans la forêt

Au début des années 80, Lausanne a créé deux pièces d’eau à proximité du Chalet-à-Gobet: l’étang de Peccau et celui de la Bressonne. Des chemins et des postes d’observation y ont été réalisés afin de pouvoir observer la faune sans la déranger. Ces deux étangs sont devenus des refuges pour de nombreux oiseaux, mais surtout pour plusieurs espèces de batraciens qui ont trouvé là des lieux de reproduction idéaux.

Address

Forêts
Service des parcs et domaines
Accueil

Route des Corbessières 4
1000 Lausanne  26

+41 21 315 57 15
Contact us by email