Campagne de Mon-Repos

La maison de Mon-Repos est au centre du magnifique parc du même nom, poumon vert de la partie orientale de Lausanne.

La maison de Mon-Repos est au centre du magnifique parc du même nom, poumon vert de la partie orientale de Lausanne, également occupé depuis les années 1920 par le palais du Tribunal Fédéral. La maison et son parc son l’œuvre personnelle du richissime financier Vincent Perdonnet (Vevey, 1768 – Mon-Repos, 1850) qui, après avoir fait fortune à Paris, s’offre le domaine en 1817 et le transforme jusqu’en 1827. Le parc est entièrement remodelé et de nombreuses dépendances et monuments y sont installés (ferme, orangerie, fausse tour médiévale...).

La maison, qui datait du milieu du XVIIIe siècle, est agrandie d’une annexe au nord et surélevée d’un étage en attique. L’aspect extérieur est traité dans le langage néo-classique le plus moderne. L’esprit de sobriété général s’y trouve animé par des éléments plus chargés comme l’attique, orné d’un fronton et de pilastres, ou le porche aux colonnes de marbre noir. L’intérieur est complètement réaménagé dans le luxe le plus recherché. Réalisée par des paysagistes, architectes et décorateurs que Perdonnet fait venir de France et d’Italie, la campagne de Mon-Repos aura une influence considérable sur l’architecture néo-classique régionale.

La Ville de Lausanne achète le domaine en 1910. De 1922 à 1967, la maison sert de siège au Comité Olympique International, logeant notamment le baron Pierre de Coubertin. Elle est aujourd’hui un lieu de réception de la Municipalité de Lausanne et héberge la prestigieuse collection Benoist de tapisseries anciennes. Le parc et ses aménagements ont fait l’objet d’une restauration minutieuse cherchant à restituer l’esprit d’origine dès 1998.

Accès Bus tl: Bessières
Métro m2: Bessières
Parking: Mon-Repos