Journée de la démocratie à Lausanne, 15 septembre 2021

Les enfants participent!

Le 15 septembre comme le reste de l’année, chaque voix devrait compter!

Dans cette optique, la délégation à l’enfance à sillonné plusieurs lieux dans la ville pour donner la parole aux enfants. Des questions leurs ont été posées pour savoir s’ils se sentent entendus/considérés par les adultes:

  • Si tu voulais changer quelque chose à Lausanne ou dans ton quartier comment ferais-tu?
  • Pour toi cela paraîtrait facile ou difficile?
  • Si tu voulais dire des idées ou des choses importantes aux adultes, comment aimeraistu pouvoir le faire?

Le parcours de cette journée comprend des haltes dans plusieurs quartiers de la ville:

10h00 Collège de Cour
12h00 APEMS de Floréal
14h30 Permanence Jeune Borde
16h00 Place de la Riponne
17h00 Place de la Palud.

Le trajet a pris fin à la Place de la Palud avec une restitution des avis à 17h00.

Retour sur la journée du 15 septembre 2021

Les idées

  • Avoir des lampadaires pour éclairer le Terrain de la Borde car c’est compliqué de jouer au foot le soir.
  • Régler le problème des seringues dans le square.
  • Au lieu des voitures, faire des supers ascenseurs qui vont partout.
  • Avoir que des bus à deux étages et dans lesquelles il y a des distributeurs de glaces.
  • Un triporteur avec des glaces et des boissons fraiches quand il fait chaud dans le quartier.
  • Avoir des bus à disposition des familles.
  • Avoir un jacuzzi que pour les copains et les copines.
  • Avoir le droit de manger des glaces dans les piscines publiques.
  • Que dans mon quartier il y ait une piscine toute simple mais gratuite et qu’on puisse s’y renconter.
  • Faire une piscine gratuite à l’APEMS, mais que pour les enfants de l’APEMS. Mettre un toboggan qui va dans la piscine.
  • Avoir une piscine dans l’immeuble.
  • Faire une balle assise à côté de ma maison.
  • Arrêter le racisme.
  • Les adultes ont le devoir de tout nous dire.
  • Faire que mes parents travaillent moins et aillent plus de temps avec moi.
  • Interdire les cigarettes par terre.
  • A l’école, qu’on soit pas obligé de travailler.
  • Faire que Naruto existe en vrai.
  • Que le parc à côté de chez moi soit différent, avec un plus grand toboggan et des balançoires.
  • Rendre les parcs plus accessibles pour tout le monde y compris les personnes handicapées
  • Arrêter la pauvreté.
  • Empêcher que des enfants soient brutalisés dans la rue et dans leur famille.
  • Empêcher que des enfants agressent les cygnes et les pigeons.
  • Changer un élément de la place de jeux de l’école.
  • Planter plus d’arbres.
  • Une obligation: «Un arbre coupé, un arbre planté.»
  • Créer ou agrandir un champ en ville.

Comment communiquer aux adultes

  • On peut en parler aux éducateurs et éducatrices de l’APEMS.
  • Se mettre en groupe.
  • Demander à d’autres personnes de nous aider.
  • Mes parents ne peuvent pas m’aider.
  • Contacter la police.
  • Contacter les pompiers.
  • On écrit nos propositions sur des pancartes dans les rues avec l’heure du vote.
  • Pour qu’existe un crieur de propositions d’enfants.
  • Ecrire et envoyer à la politique.
  • Mettre des affiches avec mon numéro de téléphone. Les gens me téléphonent et je leur demande s’ils veulent rejoindre le groupe de ceux qui veulent la piscine gratuite.
  • Je ne sais pas à qui demander.
  • J’aimerais demander à mes parents mais je suis sûr qu’ils vont dire non.
  • Rappeler aux adultes qu’il y a des lois qui protègent les enfants.
  • Demander à des gens de participer pour être plus.
  • On écrit nos propositions sur un papier et on te le donne !
  • J’écrirais dans tout le quartier pour avoir beaucoup de personnes qui soient d’accord avec cette idée. Au moins 30 personnes.
  • Je demanderai à la maîtresse d’envoyer ou de relayer mon idée.
  • Aux travailleurs et ceux qui décident des places de jeux.
  • Je ne sais pas.
  • Dire à quelqu’un qui travaille dans les parcs.
  • Demander à la population d’aider.
  • Au président, mais je ne peux pas parce que je suis un enfant.
  • Au propriétaire du quartier.
  • Demander à la Ville (aux services).
  • Au canton de Vaud.
  • Ecrire un mail ou une lettre à l’administration publique.
  • On peut en parler aux animateur-trice-s de la PJB.
  • On peut en parler aux éducateur-trice-s de l’APEMS.
  • On peut demander à la direction de l’école.
  • A ma maman.
  • Je ne connais pas trop de monde dans le quartier qui pourrait m’aider.
  • A des architectes.

Les participants

Adam, 7 ans - Samuel, 8 ans et demi - Jier - Diarti - Onur - Altuk - Yahga - Jacqueline - Matteo, 7 ans - Antoine, 8 ans - Ema, 8 ans - Valentino, 8 ans - Ibtisaam - Ilenya, 8 ans - Emmy 9 ans - Kenza, 8 ans - Tomas - Maïlys -  Janette, 8 ans - Samy, 8 ans - Valentino - Emona - Edan, 8 ans - Suzanne, 8 ans la semaine prochaine - Jade, 7 ans - Zachary, 8 ans.

Résumé

Vingt-huit enfants et jeunes entre 7 et 14 ans ont pris part à ces échanges dans trois lieux différents (Collège de Cour, APEMS de Floréal, Permanence Jeunes Borde). Les questions posées étaient :

  • Si tu voulais changer quelque chose à Lausanne ou dans ton quartier comment ferais-tu?
  • Pour toi cela paraîtrait facile ou difficile?
  • Si tu voulais dire des idées ou des choses importantes aux adultes, comment aimerais-tu pouvoir le faire?

Une nouvelle fois nous relevons que les enfants ont beaucoup de plaisir à avoir un adulte disponible pour les écouter et les prendre en considération.

Nous avons pu constater que les enfants ont un grand nombre d’idées et d’informations à communiquer mais qu’il leur est souvent compliqué de savoir vers qui se pour traduire celles-ci en actes. En effet, jusqu’à 12 ans, le système semble relativement opaque et compliqué à comprendre pour les enfants. Difficile de savoir si on doit s’adresser à la Ville, au président de la République, à des juges ou des jardiniers si on veut transformer un parc à côté de chez soi ! Après réflexion, les éducateur-trice-s et animateur-trice-s des lieux dans lesquelles ils sont souvent présent-e-s leur semblent être de bon relais, ainsi que nous (adulte de la délégation à l’enfance) pour transmettre leurs messages et envies. Les parents ont été très brièvement évoqués comme soutiens par certains enfants.

Investir l’espace public ou des lieux visibles avec des affiches, pancartes et même un crieur d’idées d’enfants ont été évoqués.

Constituer des groupes pour construire un projet a également été mentionnés à plusieurs reprises. Des enfants ont envisagé d’intégrer des adultes au groupe pour que leurs idées aient plus de chance d’être prises au sérieux voire qu’elles se réalisent.

Certains enfants ont évoqué ne pas pouvoir réaliser des projets à cause de leur statut d’enfant.

Ces retours restent une amorce. Cette action mérite d’être poursuivie et ainsi d’entendre un plus grand nombre d’enfants à l’échelle de la ville afin de pouvoir étoffer nos observations.

Coordonnées

Délégation à l'enfance
Secrétariat général de la Direction Enfance, jeunesse et quartiers

Place Chauderon 9
Entresol 1
Case postale 5032
1002 Lausanne  

+41 21 315 68 30
Ecrivez-nous

Bus: tl 18: Port-Franc; tl: Chauderon
Métro: m1: Vigie; m2: Lausanne-Flon
LEB: Chauderon

Le bâtiment est aussi accessible depuis la rue de Genève 28.