Produits dangereux: exposition et utilisation dans les ongleries (2022)

Objectifs de la campagne

L’inspection du travail de la Ville de Lausanne (ITL), en collaboration avec Unisanté a mis en place une campagne de prévention et d’analyse dans les salons de beauté réalisant des manucures, dits «ongleries». Le sujet principal de cette campagne était l’utilisation et l’exposition potentielle associée des produits chimiques présents pour les travaileurs·euses mais également les clients·tes de ces établissements.

Les sous-objectifs étaient la collecte d’informations sur les conditions d’utilisation des produits chimiques (ex: nature et connaissance des risques des produits chimiques utilisés, conditions de travail, moyens de prévention et de protection, etc.) et la sensibilisation des employeurs et des employé·e·s.

Des produits dangereux…

Les produits chimiques ont des effets sur l’homme et son environnement. Ils peuvent perturber le fonctionnement de l’organisme quand ils entrent en contact avec le corps humain par les voies respiratoires, la peau, les yeux ou la bouche.

Ils peuvent provoquer entre autres:

  • des intoxications aiguës
  • des intoxications chroniques: le contact répété avec certains agents chimiques, même à de faibles doses, peut alors porter atteinte aux poumons, aux nerfs, au cerveau, aux reins.

Par ailleurs, les produits chimiques peuvent aussi être à l’origine d’incendies et d’explosions. Les répercussions peuvent aller au-delà de l’entreprise notamment sur l’environnement, en cas de renversement ou déversement accidentel, rupture de confinement, fuites, etc.

La prévention des risques chimiques s'appuie sur les principes généraux de prévention (cf. onglet éponyme sous Conditions de travail en entreprise: règles). Elle repose notamment sur une identification des produits dangereux présents dans l’entreprise, quelle que soit son activité, et sur une évaluation des risques exhaustive et rigoureuse.

… dans les entreprises de stylisme ongulaire

L’activité des salons de beauté réalisant des manucures, dits «ongleries» ou «stylisme ongulaire», est un secteur économique en plein essor depuis ces 5 dernières années. Il s’agit essentiellement de pose et dépose de vernis classiques ou semi-permanents, pose de faux ongles à l’aide de gels ou résines, et mise en œuvre de décorations. Les personnes occupées dans ces entreprises utilisent jusqu’à 60 substances chimiques différentes selon de récentes études, avec des effets mal maîtrisés du fait de la poly-exposition. Or ces produits sont potentiellement nocifs pour la peau et les yeux et l’inhalation de leurs vapeurs peut aussi causer de sérieuses lésions des voies respiratoires.

Déroulement de la campagne

Onze visites annoncées ont été réalisées dans 11 établissements entre le 6 octobre et le 26 novembre 2021. Les salons concernés étaient tous situés dans le périmètre de la Commune de Lausanne et ont été sélectionnés de manière à assurer une distribution dans différents quartiers de celle-là. La durée de la visite a été de 30 à 60 minutes.

Restitution des observations

L'analyse des données a été menée sur le premier semestre 2022. Pour chaque établissement visité, un rapport individuel a été établi présentant les dangers potentiels liés à l’utilisation de produits, les observations faites lors des visites et les recommandations sur les points identifiés comme prioritaires.

Résultats synthétiques

© Ville de Lausanne
© Ville de Lausanne

Cette campagne a mis en avant les points faibles suivants

  • 64% des locaux visités n’étaient pas équipés de ventilation mécanique.
  • La captation des poussières de ponçage et de limage des ongles et des vernis à la source était largement répandue (91%). Cependant, la qualité et l’efficacité de ces captations étaient très variées.
  • Seuls 30% des gants étaient certifiés à la protection contre des produits chimiques (norme EN ISO 374-1:2016). Les 70% restants n’étaient pas certifiés pour cet usage (gants pour l’alimentaire, l’hygiène ou la santé) dont une proportion importante étaient en latex.
  • 90% des établissements ne connaissaient pas l’existence ni le contenu des fiches de données de sécurité (FDS) essentiels pour la prévention et la protection de la santé.
  • La majorité des établissements stockaient les produits chimiques dont les inflammables sans aucune mesure particulière.
  • 64% des entreprises ne connaissaient pas bien les règles en matière de protection de la maternité (OProMa) et n’avaient mis aucune action concrète en place à ce sujet.
  • Enfin, selon nos information, le «stylisme ongulaire» ne bénéficie pas d’une faitière organisée avec des cours obligatoires incluant entre autre des contenus en matière de santé et de sécurité au travail comme c’est le cas pour les coiffeurs par exemple.

Vous trouverez le rapport complet ici.

Coordonnées

Inspection du travail Lausanne (ITL)
Service du travail

Place de la Riponne 10
Galerie
Case postale 5032
1002 lausanne  

+41 21 315 76 80

Lundi-vendredi: 08h00-11h30, 13h00-17h00
Mercredi matin fermé

Bus: tl 7, 8: Riponne-M. Béjart
Métro: m2: Riponne-M. Béjart